Date de publication9 Jul 2020 - 2:27
Code d'article : 468718

La sérieuse mise en garde de l'Algérie contre la Turquie en Libye

Taghrib (APT)
Avec les mesures et les déclarations de ses responsables, l'Algérie montre qu'elle n'est pas restée indifférentes face aux évolutions libyennes.
La sérieuse mise en garde de l
La guerre que l'axe US/Israël/OTAN a déclenchée en Libye dans le strict objectif de mettre au pas les seules Etats arabes anti-sionistes que sont l'Algérie et la Tunisie est entrée dans une nouvelle phase avec ces huit missiles tirés il y a deux jours contre les batteries de missiles MIM-23 Hawk US de la Turquie déployées à al-Watiya et que le "Sultan" n'a pas tardé à remplacer par les S-125 ukrainiens avant de donner l'ordre d'un vaste exercice naval en Méditerranée.

Cet exercice intervient sur fond d'informations comme quoi l'US Navy s'apprête à débarquer dans une base navale au Maroc. Il y a donc le front aérien et maritime qui s'ouvrent. Les forces navales de Turquie ont fait part de leur volonté d'effectuer des manœuvres navales, qu'elles qualifient de vastes, au large des côtes libyennes au cours des prochains jours. Par cette annonce, la Turquie semble croire que la côte libyenne fait partie de ses eaux, selon un rapport publié par le journal libyen Al-Marsad.

La marine turque a déclaré que les exercices attendus s'appelleront «Naftex» et se dérouleront au large des côtes libyennes dans trois régions différentes. C'est donc bien large : chaque manœuvre aura un nom spécial tel que «Barbarossa», «Turgut Reis» et «Chaka Bey». Les médias turcs, y compris le journal Yeni Şafak ont déclaré que ces manœuvres auraient lieu bientôt, sans révéler leur calendrier.

Les forces militaires s'entraînent en prévision du déclenchement de toute guerre en Méditerranée orientale, en plus de ce qui a été décrit comme l'escalade des tensions constatée en Libye au cours de la période récente, selon le journal Al-Marsad et d'autres médias turcs. Les rapports du journal Yeni Şafak ont ​​révélé que ces exercices navals turcs auront lieu avec la participation de 17 avions de guerre et de huit navires, afin de prouver « la capacité de la Turquie à contrôler la région par air et par mer et de prouver qu'elle est la force dominante dans la région ». Cela intervient quelques jours après la visite du commandant des forces navales turques, l'amiral Adnan Ozbal à Tripoli, la capitale libyenne, accompagné du ministre de la Défense Hulusi Akar marqué par un important accord militaire. 


Seulement, l'Algérie et son armée commencent à s'impatienter : Le ministre des Affaires étrangères n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour exprimer le ras-le-bol de l’Algérie face à l’interminable guerre civile libyenne, malgré tous les efforts internationaux auxquels l’Algérie a apporté son soutien. « Cela fait neuf ans que la Libye est enlisée dans une crise qui pèse lourdement sur les Libyens, d’abord, mais aussi sur la Communauté internationale et principalement les pays voisins, dont l’Algérie », a mis en garde Sabri Boukadoum, ce mercredi, lors d’une visioconférence organisée par l’Allemagne. C'est un avertissement lancé en termes à peine voilés contre l'axe US/OTAN dont le jeu libyen est trop rodé pour pouvoir leurrer l'Algérie.

« Permettez-moi de le dire aussi clairement que possible : l’Algérie n’est pas disposée à laisser la Libye se diriger vers un avenir inconnu », a mis en garde le chef de la Diplomatie algérienne, en affirmant sans ambages que la Libye « fait partie de nous et nous ne laisserons pas cette partie de nous continuer de souffrir ainsi ».

« La sécurité de tous les Etats voisins, dont l’Algérie, dépend de la paix, de la sécurité et de l’intégrité territoriale de la Libye. Personne ne doit ignorer que nos liens profondément enracinés, notre histoire commune et notre avenir commun imposent naturellement notre position », a-t-il ajouté, en expliquant que « l’approche algérienne, massivement réclamée et acceptée par tous les Libyens, est basée sur les éléments suivants : cessez-le-feu immédiat et désescalade dans tous les domaines, y compris en ce qui concerne la répartition des richesses qui doivent profiter à tous les Libyens ». L'Algérie vient-elle de déclarer la guerre à l'axe du mal? 
http://www.taghribnews.com/vdcizva5vt1aqy2.sbct.html
votre nom
Votre adresse email