Date de publication11 May 2022 - 11:31
Code d'article : 549137

Que peut-on attendre de la visite de M. Mora à Téhéran ?

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)-Le coordinateur de l'UE pour les négociations de Vienne est arrivé à Téhéran mardi pour des discussions sur la façon de poursuivre les négociations de Vienne après une pause de deux mois qui a fait sonner l'alarme sur l'échec possible des pourparlers bloqués.
Que peut-on attendre de la visite de M. Mora à Téhéran ?
La visite d'Enrique Mora intervient alors que le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, fait pression pour que les négociations de Vienne sur la relance de l'accord nucléaire iranien de 2015, officiellement connu sous le nom de plan d'action global conjoint (PAGC), reprennent dès que possible. 

Il a déclaré que l'impasse actuelle ne pouvait pas durer. "Nous ne pouvons pas continuer comme ça pour toujours", a-t-il déclaré. 

Pour tenter de relancer les négociations, le chef de la politique étrangère de l'UE a déclaré qu'il envoyait M. Mora à Téhéran dans ce qu'il a décrit comme une tentative de "dernière chance". Dans des remarques adressées au Financial Times, M. Borrell a déclaré qu'il faisait pression en faveur d'une "voie médiane" concernant la désignation par les États-Unis du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) comme organisation terroriste étrangère. 

Lors du dernier cycle de négociations de Vienne, qui s'est achevé il y a près de deux mois, l'Iran a notamment exigé que les États-Unis retirent le Corps des gardiens de la révolution islamique de leur liste de terroristes. Les États-Unis ont refusé les demandes iraniennes et les discussions se sont arrêtées.

M. Borrell a déclaré que l'UE allait s'efforcer de trouver un terrain d'entente sur la désignation de l'IRGC. Selon le Financial Times, M. Borrell envisage un scénario dans lequel la désignation des gardes serait levée, mais maintenue pour d'autres parties de l'organisation. 

À Téhéran, M. Mora devrait présenter une nouvelle initiative pour sortir de l'impasse sur la question du CGRI. Le journal qatari Al-Araby Al-Jadeed a déclaré que Mora était sur le point de se rendre à Téhéran il y a quelques semaines, mais que ce dernier n'a pas montré suffisamment de désir pour mener à bien la visite, "car il n'a rien apporté de nouveau en réponse aux demandes iraniennes concernant les questions restantes."

Citant des sources iraniennes, le journal ajoute que l'approbation de la visite de Mora "est intervenue après une discussion européenne sur l'existence de ce qui pourrait être considéré comme une initiative américano-européenne visant à pousser les négociations vers la résolution des questions restantes."

Selon Al-Araby Al-Jadeed, l'Iran cherche à faire avancer les négociations et à déplacer les eaux stagnantes pour parvenir à un accord solide, et il a accepté la visite avec ce motif.

Ils ont déclaré que le coordinateur de l'UE restera à Téhéran jusqu'à vendredi, et pendant les jours de la visite, il s'engagera dans des cycles intensifs de négociations avec le négociateur en chef iranien, Ali Bagheri Kani, en plus d'autres réunions avec des responsables iraniens, y compris le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian.

Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale (CSSN), a déclaré mardi que l'Iran poursuivait les négociations de Vienne en vue de lever "les sanctions cruelles" et que la visite de M. Mora s'inscrivait dans cet objectif. 

Nour News, un média proche du SNSC, a déclaré que la visite peut être un pas en avant, notant que la conclusion d'un accord est toujours possible. "Parvenir à un accord solide, durable et fiable est possible, mais nécessite du réalisme de la part de Washington et de tirer les leçons des erreurs qui ont créé les circonstances compliquées d'aujourd'hui", a-t-il déclaré.

Mais le succès de la visite de M. Mora sera déterminé dans une large mesure par ce qu'il apportera pendant son séjour à Téhéran. Le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré cette semaine que la principale tâche de M. Mora sera de transmettre des messages entre l'Iran et les autres partenaires de négociation. 

L'un de ces messages sera très certainement l'offre faite par M. Borrell concernant le CGRI. Mais cette offre, qui ne semble pas répondre pleinement à la demande de l'Iran, a peu de chances d'aboutir à une percée dans les négociations. Khatibzadeh l'a laissé entendre lors de sa récente conférence de presse.

Soulignant l'engagement de l'Iran à conclure les pourparlers, le porte-parole a déclaré : "Si l'Amérique nous rend ce qu'elle nous a pris et accepte les droits bafoués de la nation iranienne, nous pouvons signer l'accord le lendemain du retour de Mora à Vienne. La visite de Mora ramènera ces pourparlers sur la bonne voie."

La question de savoir si Mora réussira à briser la glace reste ouverte. Au cours des deux derniers mois, il a été en contact étroit avec le négociateur nucléaire en chef iranien, Bagheri Kani. Il devait donc y avoir quelque chose d'important qui l'obligeait à se rendre en personne à Téhéran. L'agenda de Mora prévoit une réunion avec Bagheri Kani. Mais il a également demandé à rencontrer des fonctionnaires extérieurs au ministère des affaires étrangères, peut-être Shamkhani. Au moment où nous écrivons ces lignes, nous ne savons pas encore si Mora rencontrera d'autres officiels que Bagheri Kani. 
http://www.taghribnews.com/vdcdsn0k5yt0of6.4a2y.html
votre nom
Votre adresse email