Date de publication29 Nov 2022 - 13:54
Code d'article : 575077

Les troubles n'ont pas d'impact sur les lignes rouges du nucléaire iranien

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)- Les responsables iraniens ont réitéré l'adhésion de Téhéran aux lignes rouges sur de nombreuses questions politiques au milieu de nouvelles non confirmées sur une certaine idée occidentale de la clémence iranienne sur certaines de ces questions en raison des troubles dans le pays.
Les troubles n
La vague de troubles qui a englouti l'Iran au cours des deux derniers mois semble avoir eu un impact sur l'approche de nombreux pays occidentaux envers la République islamique d'Iran. Certaines des critiques les plus sévères à l'égard de l'Iran sont venues de pays européens qui prônent depuis longtemps la diplomatie avec l'Iran, en particulier en ce qui concerne l'accord sur le nucléaire iranien de 2015, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (PAGC), dont le sort est désormais incertain.

En réponse à « l'ingérence » occidentale dans ses affaires intérieures, l'Iran a convoqué à plusieurs reprises des ambassadeurs européens. Le dernier émissaire européen à être convoqué est l'ambassadeur d'Allemagne en Iran, Hans-Udo Muzel, « suite au fer de lance de Berlin dans la tenue d'une réunion spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU sur les développements récents en Iran et la répétition des propos indiscrets et sans fondement affirmations des responsables allemands », selon un communiqué du ministère iranien des Affaires étrangères.

"Au cours de la réunion tenue au ministère des Affaires étrangères, une vive protestation de la République islamique d'Iran concernant les propos interventionnistes des responsables allemands a été transmise à l'ambassadeur. L'envoyé allemand a été informé que la récente résolution de la réunion spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU était un faux pas basé sur une approche hautement politique et instrumentale des droits de l'homme qui est totalement rejetée. Il a également été réaffirmé que la République islamique ne coopérera avec aucun mécanisme défini sur la base de la résolution », indique le communiqué dans un contexte de tensions accrues entre l'Iran et l'Occident à la suite de la décision de ce dernier de faire pression pour que le CDH mandate une commission d'enquête. sur les manifestations en Iran.

Beaucoup à Téhéran pensent que l'Occident qui critique l'Iran en matière de droits de l'homme est motivé par une volonté d'obtenir des concessions de Téhéran sur de nombreuses questions que de longues et laborieuses négociations n'ont pas permis de régler.

Ajoutant de la substance à cette croyance, des nouvelles non confirmées selon lesquelles une puissance occidentale a offert à l'Iran un moyen de sortir des troubles en répondant à un certain nombre d'exigences : premièrement, accepter l'accord actuel sur la relance du JCPOA ; deuxièmement, mettre fin au soutien de la Russie, notamment la prétendue fourniture de drones ; et troisièmement, s'engager dans un dialogue régional de fond.

Ces demandes ont été plus ou moins présentées lors des pourparlers à Vienne sur la résurrection du PAGC, mais en vain car l'Iran s'en tient fermement à la nature nucléaire des pourparlers.

Et récemment, des responsables iraniens ont réaffirmé que l'Iran ne franchirait pas ses lignes rouges. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a souligné que Téhéran ne reculerait jamais sur ses lignes rouges nucléaires suite aux émeutes dans certaines villes du pays.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à laquelle assistaient des journalistes nationaux et internationaux à Téhéran mercredi, Amir-Abdollahian a souligné la position de l'Iran concernant les pourparlers nucléaires destinés à relancer le PAGC, en disant : « Les responsables américains ont spéculé sur le franchissement de nos lignes rouges nucléaires à la lumière des récentes soulèvement en Iran, mais au lieu de cela, on leur avait dit que l'Iran était sur le point de conclure un accord durable et stable en ce qui concerne le respect de nos propres lignes rouges.

"Nous n'avons pas besoin de l'Amérique et de l'Europe, qui ont une longue histoire de violation des droits de l'homme et ont enregistré une sombre histoire en ce qui concerne l'exploitation des nations et des pays, pour revendiquer les droits de l'homme en République islamique d'Iran", a fait remarquer Amir-Abdollahian. .

Il a ajouté que l'E3 (Allemagne, France et Royaume-Uni), l'Amérique et les sionistes [israéliens] ont mal compris les circonstances et les événements et ont fait des "déclarations indiscrètes".

L'ayatollah Seyed Ali Khamenei, le chef de la révolution islamique, a également souligné la position de l'Iran de ne pas donner de rançon à l'Occident. Il a affirmé que la lutte de l'Iran n'est pas contre un groupe d'émeutiers qui ont provoqué l'anarchie dans le pays, mais plutôt que "le combat majeur est contre l'hégémonie mondiale".
https://www.taghribnews.com/vdcfetdtew6dexa.kgiw.html
votre nom
Votre adresse email