Date de publication10 Aug 2022 - 14:31
Code d'article : 560959

Les réalisations de l'Iran à Vienne irritent les médias occidentaux et saoudiens

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Selon un conseiller de l'équipe de négociation iranienne, les concessions faites à l'Iran lors des négociations de Vienne ont irrité les médias de langue perse appartenant à l'Occident et à l'Arabie saoudite.
Les réalisations de l
Mohammad Marandi, qui est également vice-président pour les affaires internationales à l'Université de Téhéran, a fait ces remarques lors d'une interview exclusive avec la télévision Internet de l'Université mardi.

M. Marandi a catégoriquement rejeté l'idée des médias selon laquelle le nouveau projet de texte contenant les concessions, qui a été proposé par l'Union européenne pour faire avancer les négociations, a été "dicté par les Européens".

"Ce sont les impressions (créées) par les médias en langue persane (appartenant) aux gouvernements occidentaux et saoudiens", a déclaré Marandi.

"Le texte est plutôt le résultat de mois de négociations accompagnées de logique et de résistance ainsi que de l'application des leviers (disponibles)", a-t-il ajouté.

Les Occidentaux ont présenté le projet en disant qu'ils ne pouvaient plus faire de concessions, a noté M. Marandi, précisant que certains journalistes occidentaux lui avaient fait savoir que les organes de presse en langue persane avaient exprimé leur mécontentement quant à "l'ampleur du recul de l'Occident" face aux exigences de la République islamique.

M. Marandi a également affirmé que les accusations "sans fondement" lancées par le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) contre l'Iran sous la pression de l'Occident devaient être résolues avant la mise en œuvre de tout accord.

Le Conseil des gouverneurs a, par le passé, accusé l'Iran de ne pas coopérer avec l'AIEA, ce que Téhéran rejette catégoriquement.

"Faute de cela (résolution des revendications), tout accord serait fragile et vulnérable", a conclu M. Marandi.

Ces commentaires interviennent alors que les négociations visant à relancer le PAGC en levant les sanctions américaines contre l'Iran s'éternisent depuis avril 2021. Si l'administration Biden a affirmé être prête à se remettre en conformité avec l'accord que son prédécesseur a abandonné en 2018, elle n'a pris aucune mesure concrète pour réparer les erreurs passées de Washington. 
http://www.taghribnews.com/vdciwuaw3t1aq32.sbct.html
votre nom
Votre adresse email