Date de publication27 Nov 2021 - 11:15
Code d'article : 528365

Les Iraniens ne font rien sous la pression

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Critiquant les Etats-Unis pour leurs menaces de confronter l'Iran à l'AIEA, Mikhail Ulyanov a déclaré que les Etats-Unis n'ont pas négocié avec les Iraniens depuis très longtemps et ont oublié qu'ils ne font rien sous la pression.
Les Iraniens ne font rien sous la pression
La Russie a critiqué les États-Unis pour avoir menacé de confronter l'Iran à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) le mois prochain, à moins que la République islamique n'améliore ce que Washington appelle la coopération avec l'organisme de surveillance nucléaire des Nations unies.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue chinois vendredi, le représentant permanent de la Russie auprès des organisations internationales basées à Vienne, Mikhaïl Oulianov, a prévenu que la menace d'escalade diplomatique proférée par Washington risquait de nuire aux négociations plus larges sur l'accord nucléaire iranien de 2015.

Jeudi, les États-Unis ont menacé que si l'Iran ne cédait pas sur au moins un de ses conflits avec l'AIEA, en particulier sur ce qu'ils appellent le refus de Téhéran de permettre à l'agence de réinstaller des caméras dans un atelier après une attaque en juin, Washington confronterait Téhéran à l'organisme de surveillance en décembre.

"Je ne me réjouis pas de cette déclaration particulière de la délégation américaine (à l'AIEA). Elle n'est pas utile", a déclaré Ulyanov vendredi.

"Les États-Unis n'ont pas négocié avec les Iraniens pendant très longtemps et ont oublié que les Iraniens ne font rien sous la pression. S'ils sont sous pression, ils résistent", a-t-il ajouté.

Malgré les rapports répétés de l'AIEA qui certifiaient que l'Iran respectait pleinement l'accord, l'ancien président américain Donald Trump a quitté le PAGC en mai 2018 et a réimposé les sanctions anti-iraniennes que l'accord avait levées. Il a également imposé des sanctions supplémentaires à l'Iran sous d'autres prétextes non liés au dossier nucléaire dans le cadre de sa campagne de "pression maximale".

Après une année de patience stratégique, l'Iran a fait usage des droits que lui confère le PAGC, qui donne à une partie le droit de suspendre ses engagements contractuels en cas de non-respect par les autres signataires, et a laissé tomber certaines des restrictions imposées à son programme d'énergie nucléaire.

L'administration du président américain Joe Biden a déclaré qu'elle était prête à compenser l'erreur de M. Trump et à réintégrer l'accord, mais elle a montré une propension prépondérante à maintenir certaines des sanctions comme outil de pression.

Téhéran insiste sur le fait que toutes les sanctions doivent d'abord être levées de manière vérifiable avant qu'il ne revienne sur ses mesures correctives.

Les représentants de l'Iran et du groupe de pays P4+1 - Grande-Bretagne, France, Russie et Chine plus l'Allemagne - devraient tenir le septième cycle de discussions à Vienne lundi. Ali Bagheri, vice-ministre des affaires étrangères chargé des affaires politiques, présidera l'équipe de négociation iranienne lors des discussions.

 
http://www.taghribnews.com/vdcd9j0kkyt0xs6.4a2y.html
votre nom
Votre adresse email