Date de publication16 Oct 2021 - 18:14
Code d'article : 522889

L'administration Biden ne lèvera pas toutes les sanctions contre l'Iran

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Le directeur par intérim de l'Initiative pour l'avenir de l'Iran au Centre de l'Asie du Sud du Conseil atlantique estime que l'administration Biden ne lèvera pas toutes les sanctions contre l'Iran et que la relance du PAGC nécessite un compromis.
L
Récemment, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a qualifié l'attitude des États-Unis vis-à-vis du PAGC de "non constructive" et a déclaré que l'administration iranienne n'attendrait pas les promesses vides des autres parties à l'accord.

"La nouvelle administration reprendra les négociations", a déclaré le ministre iranien des affaires étrangères, ajoutant que l'administration de M. Raïssi examine les cas des négociations précédentes.

L'Iran a tenu six cycles de négociations avec les participants au PAGC, connus sous le nom de P4+1, dans le but de sauver le PAGC dans la capitale autrichienne de Vienne. Téhéran a insisté sur le fait qu'il reprendrait le respect total de l'accord après la levée des sanctions que la précédente administration américaine sous Trump a illégalement imposées à Téhéran après son retrait unilatéral et illégitime du PAGC en mai 2018.

Elle a déjà souligné qu'elle quitterait les pourparlers de Vienne s'ils prennent trop de temps et si ses demandes légitimes conformément au PAGC ne sont pas satisfaites. Quoi qu'il en soit, les autres parties, en particulier les Européens, semblent tuer le temps tandis que la nouvelle administration américaine s'en tient toujours aux sanctions de l'ère Trump.

L'administration américaine actuelle n'a pas encore tenu les promesses faites par Joe Biden lors de ses campagnes électorales présidentielles de défaire les actions de Trump et de revenir à l'accord. Dans le même temps, Téhéran a également souligné que le retour de l'administration Biden à l'accord sans levée des sanctions n'est pas du tout important.

Pour faire la lumière sur cette question, nous avons contacté Barbara Slavin, directrice par intérim de la Future of Iran Initiative au South Asia Center de l'Atlantic Council.

Répondant à une question sur la possibilité d'entamer des discussions pour relancer le PAGC, Mme Slavin a exprimé son espoir quant à l'ouverture de ces discussions.

Et bien que l'Iran ait annoncé qu'il était prêt à entamer des négociations constructives fondées sur des résultats, elle a déclaré : "Il semble que la partie iranienne continue de traîner les pieds et qu'il y aura davantage de "discussions sur les discussions" à Bruxelles avant un retour à Vienne."

Commentant la possibilité de la suppression de toutes les sanctions que l'administration Trump a illégalement imposées à l'Iran, Slavin a déclaré : "L'administration Biden ne lèvera pas toutes les sanctions imposées par Trump pour des raisons non nucléaires", ajoutant : "Si l'Iran veut un retour propre au PAGC, il devra faire des compromis sur sa position."

Ailleurs, elle a déclaré : "Une possibilité est que les États-Unis suspendent les sanctions contre le CGRI en échange de l'acceptation par l'Iran de pourparlers de suivi."

Répondant à une question sur le sort des éventuels pourparlers visant à relancer le PAGC, elle a évoqué la position ferme du président Raeisi et a déclaré : "Je suis plus pessimiste qu'il y a quelques mois."

Elle a également fait référence au refus de l'Iran d'engager des pourparlers directs avec les États-Unis, ajoutant que la Chine et la Russie pourraient peut-être aider à trouver un canal secondaire.
http://www.taghribnews.com/vdcivraw3t1arv2.sbct.html
votre nom
Votre adresse email