Date de publication26 Sep 2021 - 14:29
Code d'article : 520347

Le diplomate russe réagit à un éventuel retard dans la reprise du PAGC

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Le représentant permanent de la Russie auprès des organisations internationales basées à Vienne a déclaré qu'un retard dans les pourparlers de Vienne pourrait bientôt rendre l'atmosphère de ces derniers moins propice à la poursuite réussie du processus.
Le diplomate russe réagit à un éventuel retard dans la reprise du PAGC
Dans un tweet samedi, Mikhail Ulyanov, l'envoyé permanent de la Russie auprès des organisations internationales à Vienne a écrit : " Il va sans dire que nos homologues iraniens peuvent prendre plus de temps s'ils en ont besoin. Mais mon sentiment est que tout retard supplémentaire peut rendre rapidement l'atmosphère des #ViennaTalks sur le #PAGC moins propice à la poursuite et à l'achèvement réussis du processus."

"Je serais heureux d'avoir tort", a-t-il ajouté.

Son tweet est intervenu alors que le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré dans une interview : "Certains continuent de demander ce que nous entendons par "bientôt" à propos de la reprise des pourparlers de Vienne. Des jours, des semaines ou des mois ? Bientôt signifie que nous aurons fait un bilan complet [des discussions précédentes]. Je rappelle aux Européens leurs promesses, notamment INSTEX, qu'ils n'ont cessé de répéter qu'elles seraient tenues "bientôt" et "dans quelques mois".

Six cycles de discussions ont eu lieu jusqu'à présent à Vienne entre les États-Unis et les autres parties impliquées dans l'accord sur le nucléaire iranien, le PAGC, autres que l'Iran, afin de faciliter le retour des États-Unis dans le PAGC. Les parties affirment que des progrès tangibles ont été réalisés dans les pourparlers, mais que certaines divergences subsistent.

Une autre pomme de discorde dans les négociations nucléaires est l'insistance des États-Unis à maintenir certaines des sanctions imposées à l'Iran par l'administration de l'ancien président américain Donald Trump après son retrait du PAGC.

En outre, l'administration du président américain Joe Biden a déclaré qu'elle ne pouvait fournir aucune garantie que les prochaines administrations américaines ne se retireraient pas du PAGC.

 
http://www.taghribnews.com/vdcfjxdtew6d0ma.kgiw.html
votre nom
Votre adresse email