Date de publication21 Sep 2021 - 18:11
Code d'article : 519735

Un diplomate iranien dénonce les accusations du ministre saoudien

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Le premier conseiller de l'Iran auprès de l'OTICE à Vienne, Khodayar Rouzbahani, a répondu aux accusations sans fondement lancées contre l'Iran par le ministre saoudien de l'énergie lors de la conférence générale de l'AIEA.
Un diplomate iranien dénonce les accusations du ministre saoudien
Le ministre saoudien de l'énergie a porté des accusations contre le programme nucléaire iranien lors de la 65e Conférence générale de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Vienne lundi, ce qui a suscité la réaction et les critiques du premier conseiller de l'Iran auprès de l'Organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), Khodayar Rouzbahani.

Réitérant les précédentes accusations de son gouvernement à l'encontre du programme nucléaire iranien, le ministre saoudien de l'énergie, le prince Abdulaziz Bin Salman Al Saud, a exprimé son inquiétude quant au manque de transparence de l'Iran concernant son programme nucléaire lors de son discours à la réunion de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) lundi.

En réponse, le diplomate iranien auprès de l'AIEA a déclaré que l'Iran applique pleinement et honnêtement son accord de garanties généralisées et croit fermement que si les garanties généralisées ne sont pas pleinement appliquées, que ce soit par l'Arabie saoudite ou par le régime israélien, il doit tirer la sonnette d'alarme.

M. Rouzbahani a également déclaré que l'Iran, l'AIEA et la communauté internationale seraient très heureux que l'Arabie saoudite et d'autres pays du Moyen-Orient respectent les mêmes engagements de sauvegarde que l'Iran.

Il a également noté que ces régimes doivent rejoindre le TNP ou avoir un accord de garanties spéciales avec l'AIEA afin d'assurer la communauté internationale sur leurs programmes nucléaires.

M. Rouzbahani a déclaré que l'Arabie saoudite n'est pas en mesure d'accuser le programme nucléaire de l'Iran alors qu'elle applique toujours l'ancienne édition du protocole relatif aux petites quantités de matières (PQM) et qu'elle empêche ainsi l'AIEA de surveiller et de vérifier son programme nucléaire de manière exhaustive.
http://www.taghribnews.com/vdcexo8nnjh8zfi.d9bj.html
votre nom
Votre adresse email