Date de publication26 Jul 2021 - 15:19
Code d'article : 512969

Le président tunisien destitue le premier ministre et le président du parlement

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Dans un geste inattendu et avec le soutien des forces militaires, le président tunisien a évincé le premier ministre et le président du parlement, suspendant les activités du parlement.
Le président tunisien destitue le premier ministre et le président du parlement
Le président tunisien a limogé le gouvernement et gelé le parlement dimanche dans une escalade dramatique de la crise politique que ses opposants ont qualifiée de coup d'État, appelant leurs propres partisans à descendre dans la rue en signe de protestation, rapporte Reuters.

Le président Kais Saied a déclaré qu'il assumerait l'autorité exécutive avec l'aide d'un nouveau premier ministre, dans le plus grand défi à ce jour pour le système démocratique que la Tunisie a introduit lors de la révolution de 2011.

Des foules de personnes ont rapidement inondé la capitale et d'autres villes pour soutenir Saied, acclamant et klaxonnant les voitures dans des scènes qui ont rappelé la révolution, qui a déclenché les manifestations du Printemps arabe qui ont convulsé le Moyen-Orient.

Alors que ses partisans remplissaient l'avenue centrale Habib Bourguiba, épicentre de la révolution de 2011, Saied les a rejoints dans la rue, ont montré les images de la télévision d'État.

Le président du Parlement tunisien, Rached Ghannouchi, a accusé le président Saied de lancer "un coup d'État contre la révolution et la Constitution" après ce déplacement.

"Nous considérons que les institutions sont toujours debout et que les partisans d'Ennahdha et le peuple tunisien défendront la révolution", a déclaré Ghannouchi, qui dirige Ennahdha, à l'agence de presse Reuters par téléphone.

Selon Aljazeera, il s'agit de la plus grande remise en cause à ce jour de la constitution de 2014 qui a réparti les pouvoirs entre le président, le premier ministre et le parlement.

"Beaucoup de gens ont été trompés par l'hypocrisie, la trahison et le vol des droits du peuple", a déclaré M. Saied dans une déclaration reprise par les médias d'État.

"Je mets en garde tous ceux qui pensent à recourir aux armes (...) et quiconque tire une balle, les forces armées répondront par des balles", a-t-il ajouté.

Il a également suspendu l'immunité des membres du Parlement, insistant sur le fait que ses actions étaient conformes à la Constitution.

Cette déclaration fait suite à une réunion d'urgence au palais du président, après que des milliers de Tunisiens ont défilé dans plusieurs villes, la colère se concentrant principalement sur le parti Ennahdha, le plus important du Parlement.
http://www.taghribnews.com/vdcg3x9nyak9qy4.,pra.html
votre nom
Votre adresse email