Date de publication18 Jun 2021 - 14:21
Code d'article : 508257

Des progrès ont été réalisés dans les pourparlers de Vienne sur le PAGC

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Le principal négociateur de l'Iran dans les pourparlers de Vienne sur la relance de l'accord nucléaire de 2015 a déclaré que les parties impliquées dans les négociations ont fait des progrès tangibles.
Des progrès ont été réalisés dans les pourparlers de Vienne sur le PAGC
Abbas Araqchi, qui est également vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé des affaires politiques, a fait ces remarques dans une interview accordée à la chaîne Al Jazeera, dont les grandes lignes ont été publiées jeudi.

"Des progrès satisfaisants et tangibles ont été réalisés sur diverses questions au cours des pourparlers de Vienne. Nous pensons que nous sommes plus proches d'un accord (final) que jamais auparavant, mais il reste encore certaines questions en suspens, qui nécessitent une délibération plus approfondie", a déclaré M. Araqchi.

Il a ajouté que toutes les parties doivent prendre des décisions difficiles, notant que Téhéran a déjà pris cette décision difficile en restant attaché au Plan d'action global conjoint, malgré le retrait des États-Unis de celui-ci.

"Si l'accord nucléaire est toujours en vie, c'est grâce aux actions de l'Iran", a ajouté M. Araqchi.

"Les parties aux négociations doivent savoir que l'Iran a été victime, et que Washington doit rectifier le chemin qu'il a déjà emprunté dans les négociations", a-t-il ajouté, notant que "l'Iran a beaucoup souffert ces dernières années en raison du retrait des États-Unis de l'accord nucléaire."

Araqchi a noté que l'Iran souhaite que les autres parties à l'accord affirment que ce qui s'est passé avec le retrait de l'accord par l'ancien président américain Donald Trump ne se produira jamais sous d'autres présidents américains, a rapporté Press TV.

Dans une autre partie de l'interview, Araqchi a abordé l'élection présidentielle en Iran, soulignant que le résultat du scrutin de vendredi et un changement dans l'administration iranienne n'auront aucun impact sur l'issue des négociations en cours à Vienne.

Il a ajouté que l'équipe de négociation iranienne poursuivra les discussions en fonction de la politique intérieure du pays sur cette question.

Araqchi a déclaré que si l'équipe iranienne parvenait à conclure un bon accord avec les autres parties, celui-ci serait accepté. Dans le cas contraire, a-t-il ajouté, aucun accord ne sera accepté par l'Iran, que ce soit sous l'administration en place ou son successeur.

Le dernier cycle de négociations visant à relancer le plan d'action global conjoint a débuté à Vienne le 6 avril entre l'Iran et les autres membres de l'accord nucléaire, à savoir le Royaume-Uni, la France, la Russie, la Chine et l'Allemagne.

Les États-Unis ont quitté le PAGC en 2018 et ont rétabli les sanctions économiques que l'accord avait levées. Téhéran a riposté par des mesures nucléaires correctives qu'il est en droit de prendre en vertu du paragraphe 36 du PAGC.

Les négociations actuelles examinent le potentiel de revitalisation de l'accord nucléaire et le retour probable des États-Unis dans cet accord.
http://www.taghribnews.com/vdcbswbszrhbg5p.kiur.html
votre nom
Votre adresse email