Date de publication15 Jun 2021 - 14:59
Code d'article : 507930

Les journalistes africains exhortent les gouvernements à condamner Israël pour avoir ciblé les médias

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Les journalistes africains ont appelé l'Union africaine et les gouvernements à condamner Israël pour avoir délibérément ciblé les journalistes et les médias d'information et à le tenir légalement responsable des crimes commis contre les travailleurs des médias lors de ses récentes attaques à Gaza et ailleurs en Palestine occupée.
Les journalistes africains exhortent les gouvernements à condamner Israël pour avoir ciblé les médias
Les gouvernements africains ont été invités à "se placer du bon côté de l'histoire" en condamnant sans équivoque les violations des droits de l'homme commises par le gouvernement israélien. La recherche de solutions permanentes, a déclaré le président de la FAJ, Sadiq Ibrahim Ahmed, nécessite des interventions gouvernementales, rapporte le Middle East Monitor.

Lors d'une conférence de deux jours sur le leadership des journalistes africains qui s'est déroulée à Accra, au Ghana, au début du mois et qui s'est tenue moins d'une semaine après qu'Israël ait mis fin à sa brutale campagne de bombardement de la bande de Gaza assiégée, au cours de laquelle il a détruit un bâtiment abritant l'agence de presse Associated Press et plusieurs autres médias, la Fédération des journalistes africains (FAJ) a condamné l'"impunité totale" dont jouit Israël dans le meurtre de journalistes et la destruction de bureaux de médias "sous le prétexte fallacieux de la légitime défense".

La destruction de l'immeuble Al-Jalaa a été largement considérée comme une tentative de réduire au silence les journalistes qui couvrent les attaques militaires d'Israël. En moins d'une semaine, Israël a bombardé les bureaux d'au moins 18 médias.

Les délégués à la conférence ont également condamné la pression qu'Israël exerce sur les organes de presse "pour licencier et censurer les journalistes palestiniens qui défendent la liberté des médias et protestent contre les violations des droits des Palestiniens." Il a été constaté qu'Associated Press avait licencié une journaliste de 22 ans, Emily Wilder, pour ses opinions pro-palestiniennes.
http://www.taghribnews.com/vdcipyawut1au32.sbct.html
votre nom
Votre adresse email