Date de publication15 Jun 2021 - 13:43
Code d'article : 507918

La démolition de nouvelles maisons palestiniennes à Al-Qods à l'ordre du jour d'Israël

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Israël prévoit de détruire plus d'une douzaine de maisons palestiniennes dans une zone du quartier de Silwan, à Al-Qods Jérusalem-Est occupée, alors que le régime de Tel-Aviv poursuit ses politiques d'expropriation des terres sans tenir compte des protestations internationales et des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.
La démolition de nouvelles maisons palestiniennes à Al-Qods à l
Fakhri Abu Diab, membre du Comité de défense des terres de Silwan, a déclaré lundi à l'agence de presse officielle palestinienne Wafa que 17 maisons appartenant à des familles palestiniennes dans le quartier d'al-Bustan seront démolies d'ici la fin du mois prochain.

Abu Diab a ajouté que les responsables israéliens ont émis des ordres de démolition aux résidents de 98 bâtiments.

Il a noté que la municipalité de Jérusalem a notifié aux familles concernées d'évacuer et de démolir elles-mêmes leurs maisons.

La municipalité a prévenu les Palestiniens que s'ils ne le faisaient pas, les familles devraient prendre en charge les frais de démolition.

Depuis 2005, les habitants d'al-Bustan ont reçu des avis de démolition de près de 90 maisons sous prétexte de construction sans permis, au profit d'une organisation de colons qui cherche à transformer le terrain en parc.

Selon l'ONG palestinienne Grassroots al-Quds, tant les démolitions de maisons que les déplacements forcés ordonnés par les tribunaux sont des tactiques utilisées pour expulser les résidents palestiniens.

Le mois dernier, Amnesty International a vivement critiqué l'expulsion prévue de plusieurs dizaines de familles palestiniennes de leurs maisons dans le quartier de Silwan, la qualifiant de "nouvelle illustration de la politique criminelle israélienne de déplacement forcé des Palestiniens."

Saleh Higazi, directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord de l'organisation basée à Londres, a déclaré que le régime israélien "attise les flammes de la dernière flambée de violence et perpétue les mêmes violations systématiques des droits de l'homme à l'encontre des Palestiniens" en poursuivant la décision du tribunal du district de Jérusalem al-Qods sur un appel en cours contre l'expulsion ordonnée.

Il a fait valoir que cette mesure fait suite au tollé massif suscité par les expulsions prévues du quartier de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est occupée al-Qods, où les protestations contre cette décision ont entraîné des violences israéliennes contre les Palestiniens et la guerre de 11 jours contre la bande de Gaza.

Silwan, où vivent environ 33 000 Palestiniens, est situé à l'extérieur des murs de la vieille ville de Jérusalem al-Qods et de ses sites sacrés.

Les autorités israéliennes ont déplacé des extrémistes juifs dans le quartier depuis les années 1980, et plusieurs centaines de colons y vivent actuellement dans des complexes de colonies fortement protégés.

Cette situation a entraîné de nombreuses violations des droits humains, notamment l'expulsion et le déplacement forcés de résidents palestiniens.

Les propriétés de Silwan sont revendiquées par des extrémistes soutenus par Ateret Cohanim, une fondation d'extrême droite qui œuvre au renforcement de la présence juive à Jérusalem-Est al-Qods.
http://www.taghribnews.com/vdcezf8nvjh87oi.d9bj.html
votre nom
Votre adresse email