Date de publication13 Jun 2021 - 15:13
Code d'article : 507654

Des journalistes publient une lettre ouverte sur la couverture médiatique américaine de la Palestine

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Plus de 500 journalistes travaillant dans des médias américains ont publié une lettre ouverte sur la couverture médiatique américaine de la Palestine, rapportée par l'agence de presse Anadolu.
Des journalistes publient une lettre ouverte sur la couverture médiatique américaine de la Palestine
Les journalistes s'élèvent contre le récit utilisé par les médias qui "occulte les aspects les plus fondamentaux de l'histoire : L'occupation militaire d'Israël et son système d'apartheid."

"Une lettre ouverte sur la couverture médiatique américaine de la Palestine", a également demandé la fin de "cette faute professionnelle journalistique qui dure depuis des décennies."

 Elle a été signée par 514 journalistes, dont des reporters de grandes organisations telles que le Washington Post, le Wall Street Journal et le Los Angeles Times.

 "Trouver la vérité et demander des comptes aux puissants sont des principes fondamentaux du journalisme. Pourtant, depuis des décennies, notre industrie de l'information a abandonné ces valeurs dans la couverture d'Israël et de la Palestine", selon la lettre.

 - L'oppression systématique d'Israël ... ne doit plus être aseptisée".

 Soulignant la nécessité de changer de cap dans les médias américains pour le bien des lecteurs, des téléspectateurs et de la vérité, la lettre indique : "Nous avons le devoir de changer de cap immédiatement et de mettre fin à cette faute professionnelle journalistique qui dure depuis des décennies. Les preuves de l'oppression systématique des Palestiniens par Israël sont accablantes et ne doivent plus être aseptisées."

 La lettre fait référence à un rapport de Human Rights Watch publié le 27 avril, "A Threshold Crossed : Les autorités israéliennes et les crimes d'apartheid et de persécution", citant "le rapport documente les autorités israéliennes commettant des crimes contre l'humanité d'apartheid et de persécution."

 "Nous, en tant que journalistes, devons examiner si notre couverture reflète cette réalité", a-t-il déclaré, ajoutant que des termes tels que apartheid, persécution, suprématie ethnique "gagnent de plus en plus en reconnaissance institutionnelle après des années de plaidoyer palestinien."

 Pour illustrer le langage utilisé par les médias américains concernant les événements en Palestine, avec la couverture du quartier de Jérusalem-Est de Sheikh Jarrah, il est dit que "les médias font souvent référence au déplacement forcé des Palestiniens qui y vivent - illégal en vertu du droit international et potentiellement un crime de guerre - comme à des "expulsions"."

 - Nous avons l'obligation sacrée de "donner l'heure juste".

 Les journalistes ont également attiré l'attention sur la répétition sans critique par les médias des affirmations de l'armée israélienne concernant son assaut sur Gaza. "Nous demandons aux journalistes de dire la vérité complète et contextualisée, sans crainte ni faveur, et de reconnaître que l'obscurcissement de l'oppression des Palestiniens par Israël va à l'encontre des normes d'objectivité propres à cette industrie."

 La lettre souligne également que les journalistes ont pour mission importante d'informer correctement le public.

"Nous avons l'obligation - sacrée - de donner l'heure juste. Chaque fois que nous ne rapportons pas la vérité, nous manquons à notre public, à notre objectif et, en fin de compte, au peuple palestinien", ajoute la lettre.

 Les attaques israéliennes du 10 mai sur la bande de Gaza sous blocus ont pris fin le 21 mai après un cessez-le-feu avec le Hamas.

 Au total, 254 Palestiniens, dont 66 enfants et 39 femmes, ont été tués dans les bombardements de Gaza.
http://www.taghribnews.com/vdcbszbsarhbg0p.kiur.html
votre nom
Votre adresse email