Date de publication4 Dec 2020 - 22:21
Code d'article : 484555

Un responsable des droits de l'homme exhorte l'ONU à traiter le terrorisme en Iran comme elle le fait avec d'autres

Taghrib (APT)
Le secrétaire du Haut Conseil des droits de l'homme en Iran a exhorté les Nations unies à condamner l'assassinat du scientifique iranien Mohsen Fakhrizade et, pour une fois, à s'occuper du terrorisme en Iran, comme il le fait dans d'autres pays comme la France et l'Autriche.
Un responsable des droits de l
Dans des lettres séparées adressées au secrétaire général des Nations unies et au haut commissaire aux droits de l'homme, mentionnant l'acte terroriste commis contre l'éminent scientifique nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizade, le secrétaire du haut conseil pour les droits de l'homme en Iran, Ali Bagheri Kani, a écrit que l'inaction contre cet acte criminel et terroriste et le fait de ne pas le mettre en lumière dans les rapports pertinents des Nations unies remettraient encore plus en question la crédibilité des rapports et pourraient être considérés comme offrant une légitimité au terrorisme et entraîneraient également la poursuite de la propagation du radicalisme et du terrorisme, impliquant une responsabilité internationale pour les Nations unies, a rapporté le haut conseil pour les droits de l'homme.

M. Bagheri a également rappelé au Secrétaire général des Nations unies sa position claire concernant les actes terroristes commis dans d'autres pays, notamment en Autriche (déclaration du 3 novembre 2020) et en France (déclaration du 17 septembre 2020), et a demandé au Secrétaire général des Nations unies de souligner la nécessité d'une plus grande coopération entre les pays pour l'administration de la justice contre les terroristes et, en fin de compte, d'attirer l'attention de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité des Nations unies sur cet assassinat orchestré par un État et sur la violation de la paix et de la sécurité internationales, conformément à la mise en œuvre de l'article 99 de la Charte des Nations unies.

"Dans le cadre de ces réflexions et approches, le concept nouvellement apparu de "terrorisme d'État" est exploité comme un instrument par les puissances pour faire avancer leurs politiques illégitimes et illégales qui, en fin de compte, menaceraient et violeraient la paix, la sécurité et les droits de l'homme plus que jamais", a ajouté le secrétaire du HCDH.

En ce qui concerne l'approche politisée adoptée par les pays occidentaux face au phénomène vicieux du terrorisme, M. Bagheri a écrit que la politique de deux poids deux mesures et la dépénalisation du terrorisme dans le cadre du "blanchiment du terrorisme" ont exposé la communauté mondiale à de nouveaux défis en matière de paix et de sécurité internationales.

Soulignant que cet assassinat est une violation flagrante des normes impératives et des droits de l'homme internationaux inviolables (tels que le droit à la vie) comme stipulé dans l'article 6 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, le secrétaire du HCDH a déclaré que cet acte terroriste entraînerait la responsabilité internationale de l'auteur et des gouvernements commanditaires ainsi que la responsabilité pénale individuelle des complices et des participants à ce crime d'assassinat. La responsabilité internationale de cette violation flagrante de principes impératifs incombe également aux pays, aux défenseurs occidentaux des droits de l'homme et aux organisations internationales qui ont adopté le silence et l'inaction, a-t-il ajouté.
http://www.taghribnews.com/vdcftjdjtw6dcta.kgiw.html
votre nom
Votre adresse email