Date de publication16 Oct 2022 - 11:50
Code d'article : 569559

Il faut tranformer l'art en culture religieuse

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)-Cheikh Ali Al-Halawi, directeur de l'Institut Allameh Fazlullah à Qom, a souligné la nécessité de la relation des oulémas avec la jeune génération et a mentionné l'art comme un outil pour rapprocher les points de vue et communiquer avec ce groupe de la société.
Il faut tranformer l
Il ne fait aucun doute que la tenue de la conférence apporte beaucoup d'intéret car cette conférence réunira un grand nombre de musulmans chiites et sunnites dans la semaine que l'imam Khomeiny (RA) l'a appelée la semaine de l'unité islamique, a dit Cheikh Ali Al-Halawi, directeur de l'Institut Allameh Fazlullah à Qom, dans une interview avec le journaliste de l'agence Taghrib(APT) à propos de la 36e Conférence de l'unité islamique.

Cette conférence a un grand effet pour établir la communication entre les musulmans, apprendre à se connaître et mettre l'accent sur la question de l'unité. Nous n'entendons pas l'unité par l'unité religieuse, mais nous recherchons des points communs qui rassemblent les musulmans et parler des sujets sur lesquels ils diffèrent afin d'obtenir des résultats satisfaisants, a-t-il suivi.

En ce qui concerne la nécessité de donner aux clercs et religieux musulmans les moyens de mieux communiquer avec les jeunes, Cheikh Al-Halawi a souligné : Malheureusement, il existe un grand fossé entre les érudits et la jeune génération, mais récemment, nous avons vu qu'une nouvelle génération d'oulémas a un relation étroite avec ces jeunes, ce qui est un bon message.

Il ne fait aucun doute qu'il est nécessaire que les oulémas communiquent avec ces jeunes afin d'entendre leurs besoins et leurs problèmes et de répondre à leurs questions, a-t-il poursuivi.

Cet érudit musulman a noté qu'il y a beaucoup de questions dans l'esprit des jeunes de nos jours et qu'ils ont besoin de réponses à ces questions. Malheureusement, l'ancienne génération a négligé la jeune génération en étant occupée par divers problèmes, et un grand fossé s'est créé entre eux et cette partie de la société, ce qui a entraîné leur manque de compréhension de certains concepts islamiques, a-t-il souligné.

Sans aucun doute, nous avons besoin de l'art pour rapprocher les points de vue. Que les universitaires soient à la tête d'institutions culturelles ou qu'ils soutiennent ces institutions, a-t-il marqué dans une autre partie de son discours. 

Se référant à la rencontre du Guide Suprême avec les satiristes, Cheikh Al-Halawi a qualifié cette rencontre de bonne et belle et a martelé: Nous avons besoin de ces personnes pour rapprocher nos pensées les unes des autres et mettre les choses à leur place.

"Nous devrions ajouter l'art à notre culture religieuse, en particulier en ce qui concerne la production de séries liées à la vie des imams et des justes, comme le soutien de la République islamique d'Iran à la production de séries telles que Maryam Magdas et Compagnons de la Caverne'', a-t-il ajouté.
https://www.taghribnews.com/vdcdkn0knyt09k6.4a2y.html
votre nom
Votre adresse email