Date de publication12 Jun 2022 - 17:14
Code d'article : 553273

L'Iran met en garde les pays du GP contre les liens sécuritaires avec les sionistes

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)-Un haut commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC) a lancé un avertissement sévère à certains États arabes voisins pour qu'ils ne laissent pas Israël prendre pied dans le golfe Persique.
L
Le commandant des forces navales du Corps des gardiens de la révolution islamique, le contre-amiral Ali Reza Tangsiri, a réitéré les préoccupations de longue date de l'Iran concernant la tendance croissante à la normalisation entre Israël et certains États arabes du golfe Persique. S'exprimant lors d'une visite surprise sur une île stratégique située à quelques encablures des Émirats arabes unis (EAU), le général iranien a prévenu que l'arrivée d'Israël dans le golfe Persique entraînerait une instabilité dans cette région d'importance stratégique.

"Aujourd'hui, il existe une sécurité souhaitable dans la zone géographique du golfe Persique grâce à la coopération et à la synergie entre les pays voisins. [Mais si quelqu'un, pour quelque raison que ce soit, amène dans cette région le régime sioniste, misérable, assassin d'enfants et ennemi numéro un, il va déstabiliser, perturber et créer de l'insécurité pour lui-même et pour cette région", a déclaré le général Tangsiri lors d'une visite samedi sur l'île de Greater Tunb. 

Il a ajouté : "Nous conseillons à nos voisins amis et frères du golfe Persique de ne pas établir de contact avec le régime sioniste [Israël]. Car cela nuira à la sécurité de la région."

L'avertissement semble être dirigé vers les Émirats arabes unis et Bahreïn, car ils sont les seuls États du golfe Persique à avoir normalisé leurs relations diplomatiques avec Israël. Il s'inscrit également dans un contexte de contacts sécuritaires croissants entre Israël, les États arabes du golfe Persique et les États-Unis, destinés à favoriser une alliance sécuritaire face à l'Iran. 

Jeudi, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a effectué une visite surprise aux Émirats arabes unis et a rencontré le président du pays arabe, le cheikh Mohammad bin Zayed Al Nahyan. Lors de leur rencontre, M. Bennett a déclaré qu'Israël était impatient de "travailler conjointement avec les EAU pour élargir les horizons de coopération dans la période à venir", selon l'agence de presse étatique émiratie WAM. "Au cours de la réunion, le président des EAU et le Premier ministre israélien ont discuté des voies de coopération et des opportunités de développement dans divers secteurs d'investissement, économiques et de développement, ainsi que dans les domaines de la sécurité alimentaire et de la santé, et d'autres secteurs vitaux pour réaliser les aspirations futures des deux pays", a déclaré WAM. 

Simultanément, les médias israéliens ont lancé une campagne visant à présenter la visite comme ayant pour but de contrer conjointement l'Iran. À cette fin, les médias israéliens ont rapporté qu'Israël avait déployé des systèmes radar aux Émirats arabes unis et à Bahreïn dans le but de surveiller étroitement l'activité iranienne. 

Les médias occidentaux ont également suivi une ligne similaire. Le Wall Street Journal a rapporté qu'un projet de loi bipartisan introduit au Congrès jeudi demandait au Pentagone de travailler avec Israël et plusieurs États arabes pour intégrer des défenses aériennes afin de contrecarrer les menaces présumées de l'Iran.

Cette situation survient au moment où l'Iran est en pleine discussion diplomatique avec l'Arabie saoudite et peut-être les Émirats arabes unis afin de se réconcilier et d'ouvrir un nouveau chapitre dans les relations bilatérales après des années de tensions. L'Iran et l'Arabie saoudite ont tenu cinq séries de discussions depuis avril 2021, la dernière ayant permis de franchir une nouvelle étape dans les pourparlers. Le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi, qui a joué le rôle d'intermédiaire dans les pourparlers irano-saoudiens, a récemment déclaré que les discussions avaient atteint un stade avancé. 

Entre-temps, le président iranien, l'ayatollah Seyed Ebrahim Raisi, aurait inscrit à son agenda un voyage aux Émirats arabes unis. Il a déjà effectué des visites au Qatar et à Oman et devrait se rendre aux Émirats arabes unis. Mais les contacts croissants entre Israël et les États arabes du golfe Persique pourraient refroidir les espoirs d'un dégel prochain des relations entre l'Iran et ses voisins arabes du golfe Persique. En effet, l'Iran a clairement fait savoir qu'il considérait la présence d'Israël à ses portes comme une menace majeure pour sa sécurité.
http://www.taghribnews.com/vdcjateituqei8z.3sfu.html
votre nom
Votre adresse email