Date de publication8 Jun 2022 - 12:52
Code d'article : 552727

L'Iran promet de réagir alors que les États-Unis et l'E3 procèdent à une résolution

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)-Les États-Unis et leurs alliés européens ont soumis un projet de résolution au Conseil des gouverneurs de l'organisme de surveillance nucléaire de l'ONU qui jettera davantage de doutes sur l'avenir des pourparlers déjà bloqués à Vienne sur la relance du PAGC.
L
Il est désormais clair que Washington et ses alliés européens - la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni (E3) - n'ont pas l'intention de revenir sur le projet de résolution qu'ils ont soumis conjointement au Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique. Le représentant russe auprès des organisations internationales à Vienne, Mikhail Ulyanov, a annoncé que les pays occidentaux ont soumis le projet de résolution. "Pour des raisons inconnues, ils pensent qu'une résolution est le meilleur moyen de régler les questions de garanties en suspens. Extrêmement douteux", a-t-il déclaré sur Twitter.

Stephanie Liechtenstein, une journaliste basée à Vienne qui couvre les développements diplomatiques, a déclaré qu'"il y aura un vote sur la résolution soumise par les États-Unis et les E3 au Conseil des gouverneurs de l'AIEA soit demain (mercredi) soir, soit jeudi matin."

Selon le journaliste, la résolution est "un projet rédigé en termes modérés et il n'est pas fait mention d'un renvoi de la question au Conseil de sécurité des Nations unies."

Les responsables iraniens ont également noté que la résolution ne sera pas rédigée en termes forts et ne sera pas contraignante. Mohammad Eslami, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), a déclaré que la résolution, si elle est adoptée, n'entraînera pas la création de nouvelles conditions. "La résolution que certains membres du Conseil des gouverneurs souhaitent obtenir n'imposera pas de nouvelles conditions. L'Agence doit mettre fin à toute influence politique en son sein et respecter sa charte", a-t-il déclaré dans des propos tenus à Al Jazeera.

Toutefois, la résolution ne restera pas sans réponse de la part de l'Iran. Les responsables iraniens ont déclaré qu'ils répondraient de la même manière. Reste à savoir comment l'Iran réagira. Mais l'Iran dispose d'options techniques pour répondre, a déclaré Kazem Gharibabadi, l'ancien représentant iranien auprès de l'AIEA, dans une interview accordée à la télévision d'État. 

M. Gharibabadi, aujourd'hui responsable des droits de l'homme en Iran, a appelé l'AIEA à cesser ses comportements à caractère politique.
 
Bien qu'il ait minimisé l'importance de la résolution, l'Iran a manifesté sa volonté de répondre tout en réaffirmant ses positions précédentes concernant les pourparlers de Vienne sur la relance de l'accord nucléaire de 2015, officiellement connu sous le nom de plan d'action global conjoint (PAGC).

En ce qui concerne la réponse, l'Iran a indiqué qu'il avait de nombreuses options pour répondre, allant de l'augmentation du niveau d'enrichissement de l'uranium au blocage de l'accès de l'AIEA à ses caméras installées dans les installations nucléaires iraniennes. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a déclaré que ceux qui ont poussé à la résolution seront responsables des conséquences. 

L'Iran a également indiqué qu'il ne modifiera pas sa position sur les négociations de Vienne. Lors d'une réunion avec un certain nombre de dirigeants religieux et politiques ainsi que des responsables de groupes libanais et palestiniens, Amir Abdollahian a souligné que l'Iran ne renoncera pas aux droits du peuple iranien dans les négociations et n'ignorera pas non plus les droits du peuple musulman de Palestine en ce qui concerne la question palestinienne, selon le ministère iranien des affaires étrangères.

Ces remarques sont intervenues alors que certains experts spéculaient que la résolution visait, entre autres, à envoyer un signal de défiance de l'Occident à l'égard des négociations de Vienne. Si tel est le cas, il est peu probable que l'Iran modifie sa position de négociation simplement parce que les États-Unis et les pays E3 ont adopté une résolution que l'Iran considère comme injustifiable et non provoquée. La résolution, cependant, peut mettre l'ensemble du processus de négociation sur une voie dangereuse, car son adoption pourrait être considérée par l'Iran comme un signal indiquant que l'Occident ne souhaite pas sérieusement parvenir à un accord satisfaisant, fiable et durable à Vienne. 
http://www.taghribnews.com/vdcciiqpm2bqpm8.cla2.html
votre nom
Votre adresse email