Date de publication24 May 2022 - 18:15
Code d'article : 550846

Le franchissement des lignes rouges de l'Iran aura de lourdes conséquences

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)-Selon des responsables du ministère iranien de l'Intérieur, les agents du régime israélien sont responsables de l'assassinat d'un colonel de l'IRGC à Téhéran, ce qui prouve que les Israéliens ont cette fois franchi une ligne rouge.
Le franchissement des lignes rouges de l
Il est peut-être temps de leur rappeler qu'à chaque fois qu'ils jouent avec le feu, l'Iran répondra avec une force dévastatrice.

Selon Majid Mir-Ahmadi, secrétaire du Conseil de sécurité du pays (SCC), Israël est derrière cet assassinat. "L'assassinat de Martyr Khodaei a été incontestablement perpétré par le régime sioniste, et les coupables doivent se préparer à recevoir une lourde gifle de la part de l'Iran", a-t-il déclaré, selon l'agence de presse nationale IRNA.

Mir-Ahmadi a ajouté : "Les criminels qui ont commis un tel crime doivent se préparer à recevoir une énorme gifle, car notre vengeance sera telle qu'ils regretteront leur acte."

Dimanche, vers 16 heures, deux motards ont abattu de cinq balles Sayad Khodaei, un colonel du Corps des gardiens de la révolution islamique qui a également combattu Daesh en Syrie, dans l'une des allées de la rue Mojahedin-e-Islam, dans le centre-ville de Téhéran. L'assassinat s'est produit près du domicile du martyr. Trois des balles ont atteint son crâne, tandis que les deux autres ont touché sa main.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a condamné l'attaque terroriste, en exprimant ses condoléances et en félicitant la famille du martyr et les autres membres de l'IRGC.

Le porte-parole a déclaré : "Les ennemis jurés de l'établissement sacré de la République islamique d'Iran ont une fois de plus exposé leur nature malveillante en assassinant et en martyrisant l'un des membres dévoués de l'IRGC."

Il a ajouté : "Ce crime inhumain a été commis par des éléments terroristes liés à l'arrogance mondiale avec le soutien et dans le silence des pays qui prétendent lutter contre le terrorisme."

Khatibzadeh a déclaré que l'Iran a été victime de crimes terroristes au cours des quatre dernières décennies, ajoutant : "Les terroristes aveugles de l'intérieur tentent, en vain, de bloquer le progrès de la grande nation iranienne vers la réalisation de ses nobles objectifs et d'entraver la poursuite de la dignité du peuple, alors qu'ils restent ignorants du fait que le sang de ces martyrs garantit la survie et l'élévation de cette nation et de ce pays."

A cet égard, dans un tweet dimanche soir, Nour News, un média proche du Conseil suprême de sécurité nationale iranien, a déclaré : "L'acte terroriste de dimanche après-midi à Téhéran et le martyre du colonel des gardiens de la révolution #ShahidSayyadKhodaei est le franchissement de la ligne rouge sans faire de calculs, ce qui changera de nombreuses équations. Les auteurs de ce crime paieront un lourd tribut."

L'avertissement sévère de Nour News a été suivi par l'assurance du président Ebrahim Raisi, lundi, que la vengeance attend ceux qui sont derrière cet assassinat. Il a également rejeté la responsabilité de ce crime terroriste sur les oligarchies du monde.

Selon Press TV, le président a déclaré que les pays hégémoniques "ont joué un rôle dans ce crime" en raison de leur échec face aux combattants de la résistance iranienne et que l'acte terroriste "a complètement montré la frustration des ennemis."

Il a fait ces déclarations avant de se rendre à Mascate pour une rencontre de haut niveau avec le sultan Haitham bin Tariq Al Said d'Oman.

M. Raisi a exhorté les autorités judiciaires à mener une enquête approfondie sur cet assassinat, soulignant que les responsables seront vengés.

L'expérience a montré que chaque fois que des responsables américains et israéliens établissent des liens exceptionnellement étroits, une attaque terroriste a lieu en Iran.

Axios a révélé il y a quelques semaines que les conseillers à la sécurité nationale des États-Unis et d'Israël avaient étudié les moyens de ramener l'Iran à la table des négociations.

Des responsables israéliens et américains se sont rendus à Tel Aviv et à Washington au cours des derniers jours. Le commandant du CENTCOM, le général Michael E. Kurilla, s'est rendu en Palestine occupée, tandis que le ministre israélien de la Guerre, Benny Gantz, s'est rendu à Washington.

Si l'on considère la façon dont les agents israéliens ont fonctionné avant l'assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, un expert nucléaire iranien, on constate que le schéma n'est que trop familier.

Avant l'assassinat, des personnalités telles qu'Elliott Abrams, ancien représentant spécial des États-Unis pour l'Iran pendant la présidence de Trump, ont effectué des visites en Palestine occupée.

Une réunion trilatérale a également eu lieu en présence de l'ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, du prince héritier saoudien Mohammad Bin Salman et de l'ancien secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

Étant donné que l'Iran est victime du terrorisme depuis plus de 40 ans, les États-Unis doivent immédiatement radier l'IRGC de la liste des organisations terroristes étrangères (FTO).

Étant donné que les méthodes du régime israélien ont changé au cours des derniers mois, il est crucial de souligner que l'Iran répondra par un coup dévastateur, car il a besoin de dissuasion. Le régime israélien a maintenant changé d'objectif. Auparavant, il souhaitait uniquement frapper les installations nucléaires iraniennes et assassiner les scientifiques nucléaires, mais il n'est plus question de les attaquer.
http://www.taghribnews.com/vdcc0xqpe2bqp48.cla2.html
votre nom
Votre adresse email