Date de publication17 Jan 2022 - 13:41
Code d'article : 534807

L'Iran est invincible selon un général américain

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)- Le commandant sortant du Commandement central américain (CENTCOM), le général Frank McKenzie, a passé son mandat dans la région de l'Asie occidentale à se débattre avec les capacités militaires croissantes de l'Iran.
L
Il a vu l'Iran abattre un drone américain coûteux, frapper une base américaine dans l'ouest de l'Irak avec des missiles et faire voler des drones de pointe, puis il a couronné le tout par une confession amère pour l'Amérique : l'Iran est plus fort que jamais.

Le mandat de McKenzie en tant que commandant du CENTCOM touche à sa fin, le président Biden ayant nommé le lieutenant-général de l'armée de terre Michael E. Kurilla pour être le prochain chef du commandement central des États-Unis. Le mandat de McKenzie doit prendre fin au printemps. L'incompétence a été la principale raison du remplacement de McKenzie, qui, contrairement à de nombreux autres généraux américains, a l'habitude de faire des déclarations à caractère politique sur l'état de la situation en Asie occidentale. Et l'Iran est un thème commun à la plupart de ses déclarations.

McKenzie a une tendance à l'incompétence. Malgré ses fanfaronnades, le bilan de McKenzie dans la région est marqué par l'incompétence et la duplicité. Et elles sont le mieux mises en évidence dans ses conversations privées.

Lui et le CENTCOM en général proclament souvent que leur mission dans la région comporte deux volets : la lutte contre le terrorisme et la préservation de la paix. Mais ce n'est pas le cas, selon McKenzie lui-même.

Lors d'une récente réunion privée, McKenzie a fait la lumière sur les véritables objectifs du CENTCOM. Il a dit clairement que le devoir du CENTCOM n'est pas de garantir la paix comme le veut la devise Peace is our Profession. Au contraire, la véritable tâche que le CENTCOM veut accomplir est de préparer des options militaires pour les États-Unis en cas de besoin.

"J'ai toujours une discussion avec le STRATCOM sur la devise 'la paix est notre profession' et je la conteste", a déclaré le commandant du CENTCOM lors de la réunion. "En fait, je pense qu'au CENTCOM, nous ne disons pas que la paix est notre profession, mais plutôt la capacité de fournir des effets de combat puissants lorsque les États-Unis en ont besoin. C'est la nature de notre profession".

Cela contraste fortement avec ce que McKenzie a essayé de dépeindre au cours de son mandat. Par exemple, fin décembre 2020, à l'approche du premier anniversaire de l'assassinat par les États-Unis du général en chef iranien Qassem Soleimani, les États-Unis ont commencé à prendre position militairement dans la région. Ils ont fait voler deux bombardiers américains B-52 au-dessus du golfe Persique.

McKenzie a cherché à dépeindre cette mission de démonstration de force comme une mesure visant à protéger "la sécurité et la stabilité" de la région.

"La capacité de faire voler des bombardiers stratégiques à l'autre bout du monde dans le cadre d'une mission sans escale, et de les intégrer rapidement à de multiples partenaires régionaux, démontre nos relations de travail étroites et notre engagement commun en faveur de la sécurité et de la stabilité régionales", a-t-il déclaré à l'époque, selon le New York Times.

Mais McKenzie a lamentablement échoué à produire de "puissants effets de combat" pour l'Amérique contre l'Iran. Et selon ses propres dires lors de la réunion privée, l'Iran est aujourd'hui plus puissant militairement que jamais.  

Lors de cette réunion, McKenzie a déclaré à ses interlocuteurs qu'en dépit de la pression "économique féroce" exercée par les États-Unis sur l'Iran, ce dernier a réussi à construire "une force de missiles balistiques de premier ordre" tout en subissant la pression économique américaine.

Le général américain a décrit comment s'est déroulée sa première véritable rencontre avec les "missiles précis" de l'Iran. Et c'était sur la base d'Ain al-Assad, dans l'ouest de l'Irak. Après l'assassinat du général Soleimani par les États-Unis dans les premiers jours de 2020, l'Iran a mené une action militaire inédite contre les États-Unis. L'Iran a lancé une frappe de missiles de représailles contre la base d'Ain al-Assad pour venger le général Soleimani.

Lors de la réunion, McKenzie a admis que l'Iran a frappé "à quelques dizaines de mètres" de sa cible. La seule raison pour laquelle les États-Unis n'ont pas subi plus de pertes, a avoué McKenzie, c'est que leurs troupes dans la base avaient la possibilité de se redéployer avant la frappe.

Décrivant les capacités militaires croissantes de l'Iran, McKenzie a déclaré que ces capacités ont donné à l'Iran une "capacité de dépassement."

Il a souligné ce fait dans des remarques récentes au New Yorker. Il a déclaré à la publication que l'Iran a atteint un "overmatch" - un niveau de capacité dans lequel un pays dispose d'un armement qui le rend extrêmement difficile à contrôler ou à vaincre. "La capacité stratégique de l'Iran est désormais énorme", a déclaré McKenzie. "Ils ont une supériorité sur le théâtre d'opérations - la capacité à écraser".

En d'autres termes, l'Iran est invincible. Et cela a été réalisé à un moment où McKenzie et ses collègues du CENTCOM faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour saper les capacités et l'influence de l'Iran dans la région.

 
http://www.taghribnews.com/vdcbgabszrhbfwp.kiur.html
votre nom
Votre adresse email