Date de publication29 Dec 2020 - 14:12
Code d'article : 487681

Hajj Qassem Soleimani et la théorie de la sécurité régionale

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Voici un article d'opinion publié sur le site officiel du Guide de la Révolution Islamique sur le rôle du Général Soleimani dans la sauvegarde de la sécurité régionale et dans la lutte contre les complots des pays occidentaux.
Hajj Qassem Soleimani et la théorie de la sécurité régionale
Le 16 avril 2019, le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré, en référence à la voie et à la philosophie de l'illustre martyr, le général Soleimani, "Nous ne devrions pas considérer le martyr Haj Qassem Soleimani comme un individu. Nous devrions plutôt le considérer comme une école de pensée, un chemin et une école pour nous instruire". Dans l'édition suivante, l'auteur met en lumière cet aspect de la personnalité du général Soleimani.

La théorie de la "sécurité régionale" est l'un des points de vue les plus importants de Sardar Soleimani et les dimensions exécutives de cette théorie devraient être examinées par des experts iraniens et régionaux. Après la désintégration de l'Union soviétique, les pays occidentaux, sous la direction des États-Unis, ont placé le réaménagement de l'Asie occidentale au premier rang de leurs priorités afin d'assurer la sécurité du régime sioniste. Sur la base de ce complot, les pays de la région devraient normalement devenir peu sûrs, être minés et perdre leur unité. L'existence de litiges frontaliers entre les pays de la région, les rivalités confessionnelles entre les gouvernements et les nations chiites et sunnites, les préjugés tribaux tels que ceux du pankurdisme et du panarabisme, l'existence d'acteurs tels que les réactionnaires régionaux et l'émergence du terrorisme sont quelques-uns des points faibles et vulnérables qui pourraient aider à réaliser l'objectif des Occidentaux de provoquer l'insécurité dans la région.

Afin de saper la sécurité en Asie occidentale, le projet à multiples facettes visant à créer des groupes terroristes et takfiri, tels qu'Al-Qaida et Daech, a été réalisé dans le but de réorganiser la région et le projet a été poursuivi avec l'aide de l'Arabie saoudite et du régime sioniste. L'une des facettes de ce projet consistait à remodeler les frontières géographiques en désintégrant les pays islamiques. Pour ce faire, l'autorité nationale des nations devait être sapée et leur intégrité territoriale devait être affaiblie. Du point de vue des théoriciens occidentaux, la désintégration de l'Irak et de la Syrie et leur division en terres plus petites auraient servi les intérêts d'Israël et, par conséquent, ils devaient adopter certaines mesures à cet égard.

Sardar Soleimani a développé la théorie de la sécurité régionale en raison de sa compréhension de la politique occidentale et dans le but d'empêcher que leur complot ne se réalise. Sur la base de cette théorie, la sécurité des pays islamiques d'Asie occidentale influence et est liée les uns aux autres. En d'autres termes, l'insécurité en Syrie saperait la sécurité de l'Irak et l'insécurité en Irak mettrait en péril la sécurité iranienne.

Afin d'assurer la sécurité de l'Asie occidentale et de contrecarrer les complots occidentaux, Sardar Soleimani a développé le modèle de la Résistance et a modelé la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme sur la base du développement de la stratégie de la Résistance. En fait, le Hajj Qassem a devancé les plans des Occidentaux : ils essayaient de créer la discorde dans le camp antisioniste, mais Sardar Soleimani a réuni ces pays sous l'axe de la Résistance. Le miracle de Hajj Qassem a été de placer sept nationalités - les Syriens, les Libanais, les Iraniens, les Pakistanais, les Afghans et les Irakiens - sous l'égide de la Résistance.

Il a façonné l'axe de la Résistance en profitant de l'identité et de la culture indigène de chaque pays, et non en leur imposant la culture et la version iranienne. Le Hezbollah avec l'identité libanaise, Hashd al-Sha'bi avec l'identité irakienne et les forces Zaynabiyun, Fatemiun et Haydariun avec leurs propres identités nationales et locales respectives ont été créées et ont ensuite connu une croissance. C'est pourquoi, aujourd'hui, aucun élément ne peut éliminer ces forces et leur pouvoir d'influence va s'accroître au quotidien.

Avec sa théorie de la sécurité régionale, Sardar Soleimani a rendu chaque pays sensible à la nécessité d'assurer sa propre sécurité nationale et celle des pays voisins. L'axe de la Résistance a déjoué le complot occidental visant à changer la géographie régionale et à assurer la sécurité d'Israël. Figure marquante de la résistance et symbole de la lutte contre le terrorisme, il est resté aux côtés des Palestiniens sunnites pendant la guerre de 51 jours et, pendant la guerre de 33 jours, il a vaincu le régime sioniste aux côtés des forces chiites du Hezbollah. Alors que la Syrie était au cœur d'une crise, il s'est personnellement précipité pour aider Bachar Assad et alors que Bagdad était au bord de la chute, il est passé par les forces du Daech et est arrivé à Bagdad et a dirigé l'opération anti-terroriste jusqu'à ce qu'il obtienne les résultats souhaités.

Avec l'aide des forces de résistance altruistes et dévouées, Sardar Soleimani a défendu l'autorité nationale et l'intégrité territoriale des pays de la région et a ravivé l'espoir dans le cœur des nations de la région en resserrant son emprise sur le régime sioniste et ses partisans occidentaux et arabes, se faisant ainsi qualifier de "héros de la Oummah islamique" par le Guide suprême de la révolution islamique. Aujourd'hui encore, l'unité et la solidarité des pays antisionistes d'Asie occidentale et le passage de l'axe de la résistance aux forces alliées de la résistance contribueront à assurer la sécurité et à accroître le pouvoir des pays de la région.

À l'occasion de l'anniversaire du lâche assassinat de Sardar Soleimani et d'Abu Mahdi al-Muhandis et de leur martyre, chacun devrait penser à la formation d'une puissante alliance régionale contre les États-Unis et le régime sioniste et à l'établissement d'une sécurité collective pour les pays d'Asie occidentale. Le but ultime de Sardar Soleimani était d'expulser les forces américaines de la région et ce but sera atteint tôt ou tard. "Les dures représailles", comme le soulignent les déclarations du Guide suprême, signifient le retrait des forces américaines de la région et la libération de Quds. Ce n'est pas un objectif irréaliste et en l'atteignant, le chemin vers la création de la nouvelle civilisation islamique deviendra plus facile.

 
http://www.taghribnews.com/vdcivya5zt1avq2.sbct.html
votre nom
Votre adresse email