Date de publication11 Dec 2020 - 20:32
Code d'article : 485451

Le fléau de l'islamophobie en France

Taghrib (APT)
Taghrib(APT) -Ce qui se passe en France me rappelle les événements de l'après-11 septembre aux Etats-Unis, notamment la persécution des musulmans pour leur foi dans le cadre de la chasse aux sorcières, qui a fait de nombreux victimes innocentes.
Le fléau de l
Les États-Unis sont toujours en guerre contre l'Islam, principalement à l'étranger mais aussi dans leur propre pays. Les États occidentaux dirigés par les États-Unis encouragent l'islamophobie. Cela fait partie de la recherche d'une domination sur d'autres nations, notamment par des guerres préventives sans fin et des actions hostiles connexes contre des États non belligérants qui ne menacent personne.

Ce n'est pas le bon moment pour être musulman en Occident, notamment aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France. Les musulmans sont des victimes de la guerre contre le terrorisme. La sale guerre les vise injustement.

Pour faire la guerre, il faut des ennemis. Quand il n'y en a pas, ils sont inventés. Les musulmans sont des cibles de choix, notamment dans le Moyen-Orient, riche en pétrole. Ignorer, c'est la raison d'être de l'Islam. Il a des racines communes avec les principes judéo-chrétiens.

Ses principes encouragent l'amour et non la haine, la paix et non la violence, la charité et non l'exploitation, et des sociétés justes et équitables pour les personnes de toutes confessions. La propagande haineuse islamophobe fait de toute façon rage, notamment en raison des guerres menées par les États-Unis par des moyens violents et autres dans le Moyen-Orient à majorité musulmane.

Ils cherchent à contrôler les vastes ressources en hydrocarbures de la région tout en servant les intérêts israéliens. Les deux pays cherchent à redessiner la carte du Moyen-Orient, en remplaçant les gouvernements indépendants par des régimes marionnettes pro-occidentaux - tout en partitionnant l'Iran, l'Irak, la Syrie et d'autres pays de la région pour faciliter le contrôle.

Depuis des générations, les musulmans sont calomniés par l'Occident. Samuel Huntington a appelé à "exploiter les États islamiques pour soutenir les valeurs et les intérêts de l'Occident".

Comme Huntington, Bernard Lewis a promu la notion de choc des civilisations. Edward Said a qualifié leurs points de vue hostiles à l'Islam de "belligérants", ajoutant : Ils traitent honteusement l'identité et la culture de l'Islam(ic) à la manière d'une "caricature".

Cela ressemble à la façon dont "Popeye et Bluto se frappent mutuellement sans pitié".

Lorsqu'ils étaient actifs, des idéologues comme Huntington et Lewis s'appuyaient sur des stéréotypes et des astuces - ignorant la raison, fuyant la réalité.

Les soi-disant valeurs occidentales sont responsables d'un nombre sans précédent de massacres, de destructions massives et de misère humaine dans le monde entier - ce qui se passe depuis des générations. L'Occident dirigé par les États-Unis encourage la puissance fait l'extrémisme de droite, aussi malavisé, destructeur ou haineux soit-il.

Dans son remarquable ouvrage intitulé "The Heart of Darkness", Joseph Conrad a déclaré que "la conquête de la Terre, qui consiste principalement à l'enlever à ceux qui ont un teint différent, un nez légèrement plus plat que le nôtre, n'est pas une belle chose quand on y regarde de trop près".

C'est le but des guerres impériales menées par les États-Unis par des moyens chauds et autres, le coût humain étant ignoré, y compris par les médias qui les soutiennent.

En réponse à l'assassinat du professeur d'histoire Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, en banlieue parisienne - poignardé à plusieurs reprises et décapité, le président français Macron a réagi par des actions de l'État policier contre ce qu'il a appelé "une attaque terroriste islamiste typique (sic)".

L'incident, sa rhétorique et ses actions ont suscité une plus grande islamophobie en France qu'auparavant, un pays qui compte près de six millions de musulmans, soit environ 9 % de la population. Comme souvent auparavant aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux, les musulmans ont été injustement calomniés, traqués, arrêtés et détenus - souvent faussement accusés de crimes qu'ils n'avaient pas commis. La même chose s'est produite en réponse au meurtre de Paty, dont des centaines ont été expulsés.

Les organisations musulmanes en France risquent d'être dissoutes, leurs dirigeants et leurs membres menacés de représailles pour ce qu'ils n'ont pas fait.

La population musulmane de France est la plus importante parmi les pays occidentaux. Les organisations musulmanes en France risquent d'être dissoutes, leurs dirigeants et leurs membres sont menacés de représailles pour ce qu'ils n'ont pas fait.

Pourtant, dans un discours public, M. Macron a déclaré : "On ne peut pas laisser les islamistes dormir paisiblement dans notre pays".

Quel type de société condamne un segment entier de sa population pour un crime d'un individu contre un autre. Puisque personne n'a été jugé et condamné, c'est une parodie de justice que de considérer automatiquement un suspect pour le meurtre comme coupable. C'est à un processus judiciaire équitable de décider, dans le respect de l'État de droit. Il est très peu probable que cela se passe ainsi en raison de la rhétorique incendiaire de Macron et d'autres responsables français.

En ordonnant des représailles contre les musulmans français, Macron et d'autres hauts responsables sont en violation flagrante des principes de la Charte des Nations unies et d'autres lois internationales.

Selon les principes fondateurs des Nations unies - applicables à tous les États membres :

Selon les principes fondateurs de l'ONU - applicables à tous les États membres :

"L'État de droit est un principe de gouvernance selon lequel toutes les personnes, institutions et entités, publiques et privées, y compris l'État lui-même, sont responsables de l'application de lois qui sont promulguées publiquement, appliquées de manière égale et jugées de manière indépendante, et qui sont conformes aux normes et standards internationaux en matière de droits de l'homme".
Macron et d'autres responsables de haut niveau sont en violation flagrante des principes de la Charte des Nations unies et d'autres lois internationales.

"Il faut prendre des mesures pour garantir le respect des principes de la suprématie du droit, de l'égalité devant la loi, de la responsabilité devant la loi, de l'équité dans l'application de la loi, de la séparation des pouvoirs, de la participation à la prise de décision, de la sécurité juridique, de la prévention de l'arbitraire et de la transparence procédurale et juridique".

"L'État de droit est fondamental pour la paix internationale, la sécurité, la stabilité et les droits fondamentaux de tous les peuples du monde.

De concert avec les États-Unis, le Royaume-Uni, d'autres États occidentaux, le régime israélien et leurs partenaires impériaux, la France a depuis longtemps abandonné la gouvernance de, par et pour tous ses citoyens de manière équitable, ainsi que l'État de droit sur son territoire et à l'étranger qu'elle ignore.

Mardi, Gerald Darmanin, le ministre de l'intérieur de Macron, a défié la réalité en affirmant La menace du terrorisme islamique en France est "très élevée (sic)".

Ordonnant une répression de ce qu'il a appelé "l'islamisme rampant qui arme idéologiquement les gens", il a appelé à combattre un ennemi interne inventé de l'État.

En réponse à la rhétorique antimusulmane hostile de Macron et d'autres membres de son gouvernement, le président iranien Hassan Rouhani a critiqué le manque de respect de la France envers le prophète de l'islam, ajoutant : "Insulter le Prophète est une violation de l'éthique et une insulte à tous les musulmans, aux Prophètes de Dieu et aux valeurs humaines".

La plupart de ce que les responsables occidentaux appellent l'islam radical a été fait en Occident, notamment par les États-Unis, et plus tôt par le Royaume-Uni, dans le cadre de leurs projets impériaux.  Il a été utilisé contre la Russie pendant et après la guerre froide, tout en cherchant à obtenir un changement de régime en Syrie, en Libye et dans d'autres pays à prédominance musulmane, notamment l'Afghanistan contre l'occupation de la Russie soviétique et après le 11 septembre.

En 1999, l'année où il a succédé à Boris Eltsine en tant que président russe, Vladimir Poutine a déclaré ce qui suit :

"Nous sommes confrontés à un ennemi très sérieux, qui est en fait armé et entraîné à l'étranger."

"Ce qui se passe en fait, c'est que la partie extrémiste du monde islamique - et seulement la partie extrémiste, permettez-moi de le souligner - dispose d'une solide infrastructure en Occident, en Amérique du Nord et en Europe occidentale".

Soulignant la folie de la reddition d'une partie du territoire russe qu'ils cherchent, il a ajouté : "Nous pouvons leur donner le territoire, mais nous devons alors être prêts à ce qu'ils ne s'en tiennent pas là".

"Ils continueront à créer un État islamique extrémiste."

Après le 11 septembre, il est devenu une création américaine, largement éliminée en Syrie après avoir envahi le pays et saisi de grandes parties de son territoire auparavant, d'autres djihadistes soutenus par les États-Unis faisant la même chose.

Le ministre russe de la défense, Shoigu, estime que Daech est largement neutralisé en Syrie. Pourtant, des poches de ses éléments soutenus par les États-Unis opèrent toujours dans le pays et ailleurs. Les djihadistes soutenus par les États-Unis se présentent partout où le Pentagone et la CIA veulent qu'ils soient déployés.

Les adhérents aux principes islamiques fondamentaux ne menacent personne, seulement les éléments radicalisés qui existent sous diverses formes de toutes les confessions dans certaines parties du monde.

En discutant de la dichotomie Est/Ouest des années auparavant, Edward Said a expliqué la notion occidentale qui pourrait faire droit. Notamment au Moyen-Orient, les erreurs d'interprétation de l'Islam sont monnaie courante. Il est diversifié, et non monolithique. Il n'est pas par nature violent ou intolérant.

Alors que les sociétés occidentales prêchent des valeurs démocratiques qu'elles abhorrent et ne tolèrent nulle part, elles accusent l'islam d'encourager le terrorisme. C'est donc à l'Occident de le moderniser, de le restreindre et de l'apprivoiser, affirment ses dirigeants.
C'est la véritable menace pour l'humanité, et non l'Islam, une religion qui encourage la paix, la stabilité, la charité et le respect des personnes de toutes les confessions.

C'est un prétexte à des guerres sans fin pour transformer des nations indépendantes en États vassaux pro-occidentaux, leurs ressources pillées, leurs peuples exploités. C'est là que réside le fléau de l'impérialisme dirigé par les États-Unis.

C'est la véritable menace pour l'humanité, et non pour l'Islam, une religion qui prône la paix, la stabilité, la charité et le respect des personnes de toutes confessions. Ce que les médias de l'establishment occidental devraient expliquer, ils le suppriment systématiquement, soutenant ce qui exige la dénonciation.
 
http://www.taghribnews.com/vdcbssba8rhbwap.kiur.html
votre nom
Votre adresse email