Date de publication20 Sep 2020 - 15:00
Code d'article : 476445

Pourquoi l'État indien a maintenant peur des chiites du Cachemire

Taghrib (APT)
Les jeunes chiites cachemiriens négocient leur propre espace au sein de la lutte cachemirie.
Pourquoi l
Le 29 août, le 10e jour du mois sacré de Muharram, connu sous le nom d'Ashoura, les forces indiennes ont tiré des boulets et des obus de gaz lacrymogène pour disperser des centaines de musulmans chiites participant à une cérémonie religieuse traditionnelle dans le Cachemire sous administration indienne, blessant gravement des dizaines de personnes.
 
Les forces de sécurité ont assiégé les personnes en deuil chiites dans la zone de Zadibal à Srinagar, les forçant à chercher refuge dans des complexes résidentiels, alors que des obus de gaz lacrymogènes et des plombs pleuvaient sur eux. J'ai vu de jeunes garçons frappés par des plombs se tordre de douleur sur le sol, tandis que des dizaines d'autres s'étouffaient et toussaient parmi d'épais nuages de gaz lacrymogènes, incapables d'aider les blessés ou de trouver un endroit sûr pour reprendre leur souffle.
 
Les autorités ont déclaré plus tard qu'au moins 200 personnes avaient été détenues pour avoir participé aux cérémonies de deuil de Muharram, et au moins sept ont été arrêtées en vertu d'une loi anti-terroriste draconienne pour avoir lancé des slogans anti-indiens.
 
La décision de l'État indien de réprimer avec une telle force la procession des muharram de cette année est le signe de ses préoccupations croissantes quant au soutien que les chiites cachemiriens ont commencé à apporter au mouvement pour la liberté et l'autodétermination dans la vallée.
 
Les autorités indiennes ont longtemps insisté sur le fait que le mouvement sunnite en faveur de la liberté au Cachemire sous administration indienne est rejeté par les chiites et les autres communautés minoritaires de la région. Cependant, ces dernières années, les jeunes hommes et femmes chiites ont commencé à réclamer de plus en plus ouvertement des droits politiques et beaucoup d'entre eux ont commencé à soutenir ouvertement la résistance contre la domination indienne dans leur pays. 
 
Depuis des décennies, les chiites du Cachemire commémorent l'Achoura, le jour qui marque le martyre du petit-fils du prophète Mahomet, le vénéré l'imam Hussein (AS), et de ses compagnons à Karbala, par des processions. La principale procession, qui se déroulait traditionnellement dans le centre de la ville de Srinagar et couvrait 9 kilomètres, a cependant été interdite au début des années 1990, lorsqu'une rébellion armée contre la domination indienne a commencé.
 
Depuis lors, les processions de muharram ne sont autorisées que dans les quartiers chiites de la ville. Les chefs des communautés chiites ont exigé le rétablissement des processions d'avant 1990, mais les autorités locales ont rejeté leurs demandes, invoquant des "problèmes de sécurité".
 
Depuis l'interdiction, une poignée de chiites a tenté de défier les ordres de l'État indien et a tenté d'organiser des processions de muharram non autorisées, mais cette résistance limitée n'a guère alarmé les autorités indiennes, qui étaient pratiquement convaincues que la communauté chiite du Cachemire ne représentait aucune menace pour leur pouvoir.  
 
En 2018, cependant, elles ont remarqué que les choses commençaient à changer.
 
Une affiche du jeune et populaire commandant rebelle sunnite Burhan Wani est apparue dans l'une des processions de Muharram à Srinagar, laissant le gouvernement indien et les services de sécurité inquiets. Les troupes indiennes ont tué Wani lors d'une rencontre en juillet 2016, ce qui a entraîné des protestations généralisées au Cachemire qui ont duré des mois.
 
Pour une partie de la jeunesse chiite, saluer un rebelle sunnite comme Wani lors d'une procession de muharram était sans précédent. Ayant participé régulièrement à ces processions toute ma vie, je n'avais jamais rien vu de tel auparavant.
 
Voir le visage de Wani dans une procession de Muharram a peut-être choqué les autorités indiennes, mais parmi les jeunes chiites, le soutien à la lutte pour l'autodétermination s'était accru depuis un certain temps. 
 
Comme d'autres puissances coloniales, l'Inde a historiquement gagné à créer des divisions à travers les lignes de fractures religieuses, sectaires et ethniques au sein du Cachemire - la division sunnite-chiite étant l'une d'entre elles. C'est pourquoi l'État indien craint le soutien croissant des chiites à la résistance, et a réagi si brutalement aux jeunes chiites exprimant des slogans en faveur de la liberté lors des processions de Muharram.
 
Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les chiites deviennent de plus en plus visibles au sein de la lutte pour l'autodétermination et la liberté du Cachemire. Les médias sociaux ont exposé les jeunes chiites du Cachemire à une grande variété de points de vue et de récits sur la situation dans leur pays et la répression croissante de l'État a accéléré leur politisation.
 
L'année dernière, par exemple, l'Inde a supprimé le statut semi-autonome du Jammu-et-Cachemire et a entièrement annexé la région contestée. Elle a divisé la région en deux territoires de l'Union et a placé les deux sections directement sous le contrôle de New Delhi. Cette décision a indigné la majorité des Cachemiriens, y compris les Chiites.
 
Même dans la région du Ladakh, où la communauté chiite - comme la communauté sunnite - est restée éloignée du mouvement pour la liberté pendant des années, la suppression du statut semi-autonome de la région a entraîné une politisation rapide. Les personnes vivant dans le district à majorité chiite de Kargil au Ladakh, par exemple, ont ouvertement exprimé leur rejet de l'abrogation du statut spécial et de la bifurcation du Jammu-et-Cachemire.
 
Pendant des années, les attaques de groupes sunnites violents comme Daech contre les communautés chiites, associées aux efforts de l'État indien pour brasser des divisions sectaires au Cachemire, ont limité la participation des chiites cachemiriens au mouvement en faveur de la liberté. Cela a donné du poids aux affirmations de l'État indien selon lesquelles les chiites ne soutiennent pas la lutte politique au Cachemire.
 
Cependant, face à la répression et à la violence croissantes de l'État, les jeunes chiites ont maintenant décidé d'articuler leur propre récit et de négocier leur propre espace dans le paysage de la lutte au Cachemire.  Les processions de muharram, qui par nature soulignent l'importance de valeurs comme la justice, l'honneur et la résistance, sont un puissant média entre leurs mains. 
 
Alors que le gouvernement nationaliste hindouiste de droite poursuit ses efforts pour changer la démographie de la région à majorité musulmane, les voix chiites pour la liberté se font entendre. Pendant des décennies, l'État indien n'a pas été gêné par les lamentations des chiites du Cachemire pendant le Muharram. Mais avec les récits élaborés par l'État qui ont longtemps présenté les chiites comme étant majoritairement pro-Inde et anti-liberté, et les divisions au sein des communautés musulmanes du Cachemire qui se sont effondrées, l'État a maintenant peur des nouvelles voix chiites audacieuses qui appellent à la justice et à la liberté.
 
 
http://www.taghribnews.com/vdceep8enjh8fei.d9bj.html
votre nom
Votre adresse email