Date de publication20 Sep 2020 - 11:28
Code d'article : 476420

L'accord de normalisation de Bahreïn : mission des pions du parrain

Taghrib (APT)
L'Arabie Saoudite, le parrain, a envoyé ses pions insignifiants jouer la partie d'échecs de la "normalisation des relations avec Israël" d'abord pour tester les eaux pour sa propre normalisation des relations avec le régime.
L
 Le "train de la normalisation", ou plus précisément, la reconnaissance du processus de normalisation des relations avec le régime sioniste, est enfin arrivé à la gare de Bahreïn, comme on s'y attendait déjà.
 
Bien entendu, Bahreïn s'était déjà engagé sur cette voie avant les autres pays arabes, au moment où la première étape était franchie pour mettre en œuvre dans ce pays le "pacte du siècle". La tenue du sommet économique de l'"Accord du siècle" à Bahreïn, qui a eu lieu il y a quelques mois, a montré que Bahreïn n'agit certainement pas différemment de ses autres amis arabes du Golfe Persique en s'engageant sur cette voie.
 
Le point important ici est d'interpréter la raison pour laquelle les EAU et le Bahreïn ont été choisis comme les premiers pays à normaliser leurs relations avec le régime sioniste dans le cadre de la structure constitutive de ces pays et de la dépendance des dictateurs arabes vis-à-vis du régime sioniste ; des régimes dictatoriaux qui voient leur stabilité et la survie de leur vie politique dans l'octroi de concessions au régime sioniste, et dont certains ont été formés sur la base d'un accord britannique ou américain. Certains de ces régimes dictatoriaux manquent également d'indépendance politique et de soutien populaire.
 
Le Bahreïn, quant à lui, peut être décrit comme un modèle politique dégradant et dépendant de l'Arabie saoudite, manquant d'indépendance nationale et de soutien populaire, et qui convient parfaitement à l'expression "garçon de courses de l'Arabie saoudite".
 
La plupart des pays, que l'on appelle petits ou microscopiques dans les relations internationales, sont soit formés sur la base d'accords politiques et cherchent une occasion de maintenir leur pouvoir, voire d'éliminer leurs rivaux politiques sur le plan intérieur, soit, en l'absence de ces éléments, ils cherchent à se ranger du côté des États-Unis et du régime sioniste et à les soutenir dans les arènes régionales et mondiales.
 
Comme indiqué précédemment, le pouvoir et l'influence de ces pays pour influencer l'opinion publique des nations arabes ne sont pas suffisants pour qu'ils jouent un rôle de pre mier plan pour la cause palestinienne, et c'est exactement la raison pour laquelle Israël et Trump les ont choisis pour agir comme les premiers arrêts du train de la normalisation des relations avec le régime. D'une part, en raison du manque de capacités nationales et de points communs, et du fait qu'ils abritent une population hétérogène, ils ne s'inquiètent pas des réactions populaires dans ces pays, et d'autre part, cela peut être un bon point de référence pour mesurer la réaction des autres nations islamiques et arabes à cette démarche dangereuse et menaçante.
 
Les étrangers constituent une grande partie de la population des Émirats arabes unis. D'autre part, ces pays ne revêtent pas une importance stratégique particulière en termes d'impact historique et culturel sur la cause palestinienne. Au lieu de cela, ces pays prennent et mènent des missions que les États-Unis ont prédéfinies pour eux.
 
Toutefois, il convient de souligner que M. Trump, en plus d'utiliser la normalisation des relations avec le régime sioniste pour sa propre campagne électorale, estime que s'il réussit avec les EAU et les îles, alors la voie de la normalisation des relations avec Israël serait ouverte à d'autres pays, ou du moins les coûts d'une telle mesure seraient réduits.
 
Bien sûr, ils attendent toujours la réaction des nations arabes et islamiques. C'est là que le soutien du président égyptien Abdel Fattah al-Sisi et de certains rois arabes entre en jeu. Il est clair que la prochaine étape - si leurs évaluations obtiennent les résultats souhaités - sera certains pays arabes clés qui jouent un rôle important dans l'arène politique palestinienne.
 
En général, on peut dire que l'Arabie Saoudite a envoyé ses pions et ses garçons de courses insignifiants jouer à cette partie d'échecs, afin de rendre publique, si les conditions sont réunies, sa propre normalisation des relations avec Israël. Cette question a été soulevée même avec les Égyptiens.
 
Il ne fait aucun doute que ce spectacle politique américain n'a qu'un but électoral et peut être évalué en fonction de la mise en œuvre de projets tels que l'affaire du siècle, l'annexion de la Cisjordanie et de certaines parties du Golan occupé, le déplacement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem al-Qods et, à présent, la normalisation des relations des pays arabes avec le régime sioniste.
 
En tout cas, ce qui s'est passé en réalité, c'est que toutes les factions palestiniennes, avec leurs divers suffixes, méthodes de résistance, approches et goûts différents, ont trouvé un terrain d'entente, avec des résultats qui n'ont peut-être pas été aussi faciles à obtenir au fil des ans.
 
Il convient de noter que l'ethnicité arabe ou le simple arabisme, sans invoquer les enseignements islamiques et l'option de la résistance, non seulement ne peut rapprocher le peuple palestinien de ses aspirations, mais au contraire, la confiance accordée au camp au fil des ans, c'est-à-dire le processus de réconciliation, a réduit le niveau des exigences du peuple palestinien, de la formation d'un État palestinien indépendant au retrait des colonies dans les territoires palestiniens.
 
 
http://www.taghribnews.com/vdchi-nkv23nqkd.4ft2.html
votre nom
Votre adresse email