Date de publication19 Sep 2020 - 12:40
Code d'article : 476297

La normalisation n'a jamais bénéficié aux Palestiniens

Taghrib (APT)
Seul ce qui n'est pas normal doit être "normalisé", les tabous devenant par exemple admissibles. Cela résume les relations entre les États arabes et Israël depuis la Nakba (catastrophe) de 1948, lorsque l'occupation sioniste a commencé. Il s'agit d'une question controversée et paradoxale. Dans le sillage des justifications avancées pour la normalisation des relations entre Israël et les EAU et le Bahreïn, il est donc intéressant de se pencher sur les réalités de ces accords.
La normalisation n
Par exemple, qu'est-ce que la normalisation a réellement accompli au cours des 42 années qui se sont écoulées depuis sa première manifestation avec le traité de Camp David de 1978 entre Israël et l'Égypte ? Le 20 janvier de cette année, un bref rapport publié dans The Economist - "Les Israéliens que les Égyptiens aiment haïr" - a mis en évidence le caractère israélien tel qu'il est dépeint de manière négative par la télévision et le cinéma égyptiens. Dans cette vision du monde en celluloïd, "Leurs femmes sont des comploteurs salauds. Leurs hommes sont des voyous renfrognés, enclins à verser du sang et à d'étranges aboiements gutturaux". Malgré des décennies de relations diplomatiques, les Égyptiens ont toujours une attitude "peu accueillante" envers leurs "amis" étrangers de l'autre côté de la péninsule du Sinaï.
 
En 2016, une autre étude a été publiée par le Centre Al-Ahram pour les études politiques et stratégiques qui a déclaré que "les Égyptiens sont les moins intéressés par une quelconque normalisation avec Israël". L'étude mentionnait qu'une telle relation n'existe qu'au niveau des agences de sécurité et de quelques bureaux du ministère des affaires étrangères. Il s'agit d'une paix froide, ajoute-t-elle.
 
Le centre d'étude d'Alzaytouna a mené un sondage d'opinion en 2019 sur la popularité des relations avec Israël au sein de certains pays musulmans. Le sondage a conclu que seuls trois pour cent des Égyptiens, quatre pour cent des Pakistanais, six pour cent des Turcs et quinze pour cent des Indonésiens pourraient se réjouir d'une forme quelconque de relations avec Israël. Beaucoup conditionnent l'établissement de telles relations à une solution juste pour les Palestiniens.
 
Les faits suggèrent que le processus de normalisation n'a rien à voir avec les demandes équitables formulées par les nations arabes. Il n'a pas non plus apporté de bénéfices pour la paix ou d'intérêts économiques aux nations où les politiciens ont essayé de commercialiser cette initiative.
 
Un ancien chef d'état-major des forces de défense israéliennes, Gadi Eizenkot, a déclaré à Israël Hayom que "au Moyen-Orient, vos nouveaux amis pourraient s'avérer être vos ennemis". Par conséquent, la supériorité militaire d'Israël [sur les Arabes] est essentielle". Il a fait ce commentaire après qu'Israël ait protesté contre la vente proposée de chasseurs F-35 par les États-Unis aux Émirats arabes unis, malgré l'accord de normalisation. Un tel scepticisme israélien sur la "paix" avec les Arabes empêche toute normalisation réelle en termes pratiques.
 
Si nous acceptons d'être pragmatiques sur cette question, nous devrions nous attendre à une relance économique pour les Émirats arabes unis et Israël. En effet, selon le ministre israélien du renseignement Eli Cohen, "dans trois à cinq ans, la balance commerciale entre les Emirats et [Israël] pourrait atteindre 4 milliards de dollars".
 
Je me demande pourquoi il a été laissé au ministre du renseignement d'annoncer de telles nouvelles économiques. En tout cas, comparons cette balance commerciale avec les chiffres entre les EAU et l'Iran voisin, par exemple. Elle est supérieure à 13,5 milliards de dollars. Il est clair qu'il y a autre chose que l'argent qui fait parler.
 
Selon un certain nombre d'analystes, la normalisation est essentielle si l'on veut que les dirigeants actuels d'Israël et des États-Unis soient réélus. En Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été inculpé pour fraude et corruption. Les manifestants sont descendus dans les rues d'Israël pour protester contre la gestion de l'économie par Netanyahou et la pandémie de Covid-19, au point que le pays pourrait être confronté à de nouvelles élections générales. Trump, quant à lui, préside un fiasco après l'autre : la gestion désastreuse de la pandémie par son administration ; le racisme ouvert et la violence raciste dans les rues ; et les manifestations de masse contre la brutalité policière. La normalisation n'a qu'un seul but en ce qui concerne Nétanyahou et Trump : augmenter leurs chances de succès électoral.
 
D'autres analystes considèrent que les accords de "paix" visent à menacer la sécurité et la stabilité du Moyen-Orient. Des pays comme les EAU et le Bahreïn, selon les commentateurs, n'ont "aucune importance géopolitique" mais sont voisins de l'Iran. Cela pourrait, selon eux, conduire à une plus grande tension dans la région.
 
Enfin, en quoi la normalisation profite-t-elle aux Palestiniens ? Sont-ils censés attendre les fruits de la paix de ces accords ? Indépendamment de leurs affiliations politiques, tous les Palestiniens ont rejeté et dénoncé la normalisation, même ceux qui s'en tiennent au "processus de paix" depuis Oslo, y compris le président palestinien Mahmoud Abbas et le Fatah, la qualifiant de "trahison".
 
D'autres factions palestiniennes, dont le Hamas et le Jihad islamique, ont qualifié les derniers accords de normalisation de "récompense pour les criminels israéliens et leurs crimes".
 
Une solution juste à la question palestinienne ne peut être obtenue par le raccourci de la normalisation entre les États arabes et Israël. Le peuple de la Palestine occupée est le seul à pouvoir décider de son propre destin, personne d'autre.
 
 
 
http://www.taghribnews.com/vdcjhmexauqea8z.3sfu.html
votre nom
Votre adresse email