Date de publication2 May 2018 - 11:55
Code d'article : 328108

Le régime israélien veut influencer Trump concernant l'accord nucléaire iranien

Taghrib (APT)
Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu fait tout ces jours-ci pour que ''son vrai ami'' Donald Trump déchire l'accord nucléaire signé entre l'Iran et les puissances mondiales. De l'autre côté les manoeuvres médiatiques sur la question nucléaire iranienne a permis au régime hébreu de contourner l'attention de la communauté internationale de la question du transfère de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Al-Qods (Jérusalem).
Le régime israélien veut influencer Trump concernant l
Le ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté mardi les récentes accusations du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur le nucléaire iranien, les qualifiant de mensonges visant à influencer la future décision du président américain Donald Trump sur le destin de l'accord nucléaire iranien.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qasemi, a déclaré dans un communiqué que "les présentations propagandistes ridicules du Premier ministre du régime sioniste (d'Israël) sont l'une des dernières manifestations honteuses et sans valeur sur le programme nucléaire iranien". Les allégations étaient "simplement destinées à répandre des mensonges et à tromper", a déclaré M. Qasemi.

Dans une présentation télévisée lundi, M. Netanyahu a divulgué des fichiers prétendument obtenus par l'agence de renseignement israélienne des "archives nucléaires secrètes" de l'Iran, suggérant que les dossiers prouvent que l'Iran a travaillé en secret sur des armes nucléaires.

L'accord sur le nucléaire iranien, signé en juillet 2015, visait à limiter le programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions internationales contre Téhéran.

"Même après l'accord, l'Iran a continué à préserver et à répandre son savoir-faire en matière d'armes nucléaires pour un futur usage" sur le site d'essai nucléaire de Fordo, a déclaré M. Netanyahu, les déclaration que l'AIEA a niées.

Par ailleurs, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que le Premier ministre israélien avait l'intention de faire pression sur Washington pour que les Etats-Unis se retirent de l'accord nucléaire de 2015. "Trump saute sur une reprise de clichés déjà traités par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour 'dire non' à l'accord", a-t-il ajouté.

M. Netanyahu a fait cette annonce lundi en amont du 12 mai, date butoir imminente fixée par M. Trump pour décider de prolonger ou non la dérogation aux sanctions nucléaires contre l'Iran.

Par ailleurs, le ministre iranien de la Défense, le général de brigade Amir Hatami, a rejeté mardi les allégations nucléaires contre l'Iran en les considérant comme "sans fondement", a rapporté l'agence de presse Tasnim.

La présentation télévisée de M. Netanyahu était conforme aux tentatives d'Israël de détourner l'attention du public et de dissimuler ses "crimes injustifiables" contre le peuple palestinien opprimé, a-t-il déclaré. C'est un signe de frustration d'Israël vis-à-vis de ses récentes défaites dans la région et face à la résistance des Palestiniens, a ajouté le commandant.

Si les responsables israéliens ne s'abstiennent pas de comploter contre la République islamique, ils le regretteront certainement, a-t-il affirmé.

Lundi, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, a déclaré que les allégations du Premier ministre israélien contre l'Iran visaient à influencer la décision prochaine de M. Trump sur l'accord nucléaire iranien, selon Press TV.

"Ce que nous avons vu de Benjamin Netanyahu (sa présentation télévisée de lundi) n'était qu'un spectacle enfantin et ridicule", a déclaré lundi M. Araghchi à Press TV.
Ces allégations sont les répétitions des discours de Netanyahu dans le passé, a-t-il expliqué, ajoutant que de telles allégations contre Téhéran ont déjà été prouvées fausses par l'AIEA. L'Iran ne se soucie pas des allégations de M. Netanyahu, a souligné M. Araghchi.

Pour sa part, la France a appelé mardi à de nouvelles inspections indépendantes sur l'Iran pour assurer la pleine mise en œuvre de l'accord nucléaire de 2015.

Par ailleurs, le Royaume-Uni a émis mardi une mise en garde contre le danger d'un nouveau conflit au Moyen-Orient suite à la présentation de M. Netanyahu.

Lundi, M. Trump a laissé entendre qu'il était prêt à négocier un nouvel accord avec Téhéran, tout en continuant à rabaisser l'actuel accord sur le nucléaire avant l'échéance imminente de la décision de Washington de quitter ou non le pacte historique.

Le président américain, lors d'une conférence de presse tenue à la Maison Blanche, a de nouveau condamné l'accord "horrible", conclu en 2015 par l'administration Obama avec l'Iran et d'autres puissances mondiales.

"D'ici sept ans, cet accord aura expiré, l'Iran sera alors libre d'aller de l'avant (dans les recherches scientifiques dans le domaine nucléaire), ce n'est pas acceptable", a déclaré M. Trump.
http://www.taghribnews.com/vdcgz79w7ak9xq4.,pra.html
votre nom
Votre adresse email