Date de publication17 Aug 2022 - 13:02
Code d'article : 561859

Une Saoudienne condamnée à 34 ans de prison pour avoir suivi les détracteurs du royaume sur Twitter

Taghrib(APT)
Taghrib(APT)-Une Saoudienne a été condamnée à 34 ans de prison pour avoir un compte Twitter et pour avoir suivi et retweeté les critiques du royaume, ce qui constitue la plus longue peine jamais infligée à un défenseur des droits des femmes en Arabie saoudite.
Une Saoudienne condamnée à 34 ans de prison pour avoir suivi les détracteurs du royaume sur Twitter
Salma al-Shehab, 34 ans, mère de deux jeunes enfants et étudiante à l'université de Leeds, a été arrêtée en Arabie saoudite en janvier 2021 alors qu'elle était en visite dans son pays pour des vacances. Elle a été initialement condamnée à six ans de prison pour avoir utilisé les médias sociaux afin de "troubler l'ordre public et déstabiliser la sécurité et la stabilité de l'État." 

Cependant, une cour d'appel a prononcé lundi une peine de 34 ans d'emprisonnement suivie d'une interdiction de voyager pendant 34 ans, après qu'un procureur général a demandé au tribunal de prendre en compte d'autres crimes présumés.

Elle est désormais accusée d'avoir "aidé ceux qui cherchent à provoquer des troubles publics et à déstabiliser la sécurité civile et nationale en suivant leurs comptes Twitter" et en retweetant leurs tweets, a rapporté The Guardian, citant une traduction des documents judiciaires.

La décision de lundi marque le dernier exemple d'une importante répression des utilisateurs de Twitter menée par le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman (MBS). Il intervient une semaine après qu'un tribunal fédéral américain a déclaré Ahmad Abouammo, un ancien responsable de Twitter, coupable d'espionnage pour la famille royale d'Arabie saoudite.

Selon les procureurs, Abouammo a reçu au moins 300 000 dollars et une montre de luxe d'une valeur de 20 000 dollars de Bader al-Asaker, un proche conseiller de MBS, afin d'utiliser son accès privilégié pour obtenir des informations sur les dissidents saoudiens actifs sur Twitter.

Il a ensuite tenté de dissimuler le paiement en faisant d'abord déposer l'argent sur le compte d'un proche au Liban, puis en le virant sur son compte américain.

La condamnation intervient également un mois après la visite controversée du président américain Joe Biden en Arabie saoudite, où il a tapé du poing sur le prince héritier saoudien, alors qu'il avait promis de faire des Saoudiens les "parias qu'ils sont" en raison des violations des droits de l'homme, en particulier l'assassinat du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi, sur ordre direct du prince héritier, également appelé MBS.

Les promesses de MBS à Biden étaient "une farce".

À l'époque, M. Biden avait rejeté les avertissements des défenseurs des droits de l'homme selon lesquels son voyage allait "enhardir" MBS à poursuivre ses violations des droits de l'homme et à cibler ses détracteurs.

La Maison Blanche avait alors déclaré dans un communiqué que M. Biden avait évoqué l'affaire Khashoggi lors de sa rencontre avec le prince héritier saoudien et qu'il avait "reçu des engagements concernant les réformes et les garanties institutionnelles en place pour se prémunir contre toute conduite de ce type à l'avenir".

Dans un éditorial publié mardi, le Washington Post a déclaré que le cas de Shehab montrait que les engagements pris par M. Biden en matière de réformes et de garanties institutionnelles étaient "une farce".

"À tout le moins, M. Biden doit maintenant s'exprimer avec force et exiger que Mme Shehab soit libérée et autorisée à retourner auprès de ses fils, âgés de 4 et 6 ans, au Royaume-Uni, et à y reprendre ses études", a déclaré le Post.

"Dans le royaume saoudien, le prince héritier commande la peur et le silence. Mais dans les sociétés ouvertes, son comportement impitoyable doit être dénoncé à chaque occasion", ajoute le Post.

La nature misogyne de Riyad exposée

D'autres personnes ont également condamné le jugement. Hala Dosari, militante et universitaire saoudienne, a déclaré qu'il "montre la nature vengeresse du système contre les femmes en particulier et expose ironiquement le faux récit officiel de l'autonomisation des femmes."

"C'est irrationnel, déchirant et désastreux pour les centaines de femmes détenues ou à détenir dans des accusations similaires de soutien aux droits ou à la liberté", a tweeté Dosari. "Cela reflète également une insécurité accrue du régime, tant au niveau national qu'à l'étranger."
http://www.taghribnews.com/vdciwzaw3t1aqv2.sbct.html
votre nom
Votre adresse email