Date de publication15 Oct 2021 - 12:52
Code d'article : 522718

L'Iran reproche à Israël de bloquer la formation d'une région sans armes

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Le représentant de l'Iran à la Première Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré que les armes nucléaires du régime israélien sont le principal obstacle à la création d'une zone exempte d'armes nucléaires en Asie occidentale.
L
S'adressant aux 76 membres de la Première Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies, lors des discussions thématiques combinées : Armes nucléaires, autres armes de destruction massive, espace extra-atmosphérique et armes conventionnelles, Heidar Ali Balouji a déclaré : "La réalisation du désarmement nucléaire mondial reste l'un des objectifs les plus durables des Nations unies. Aujourd'hui, la sécurité internationale est menacée par l'existence de près de 14 000 armes nucléaires avec des plans à long terme bien financés pour non seulement moderniser mais aussi renforcer les arsenaux des EDAN et donc la course aux armements nucléaires."

Balouji a souligné que le retrait des États-Unis du FNI a mis fin à l'engagement d'éliminer une classe entière de missiles nucléaires, en déclarant : "De même, leur retrait du JCPOA, et leur refus d'y revenir, ont causé d'immenses dommages aux efforts internationaux en faveur du désarmement nucléaire."

Dans le même ordre d'idées, les armes nucléaires du régime israélien constituent le principal obstacle à l'établissement d'une zone exempte d'armes nucléaires en Asie occidentale, a-t-il ajouté. "Nous réitérons notre appel à la communauté internationale pour contraindre Israël à démanteler son arsenal nucléaire, à adhérer rapidement au TNP en tant que partie non dotée d'armes nucléaires sans aucune condition préalable et à placer toutes ses installations nucléaires sous les garanties intégrales de l'AIEA."

L'envoyé iranien a souligné que l'Iran figure parmi les pays ayant le plus haut niveau d'adhésion aux instruments internationaux interdisant les ADM.

Balouji a poursuivi en disant que vingt-quatre ans après la mise en œuvre de la Convention sur les armes chimiques, il existe toujours un danger d'utilisation de ces armes, et la destruction des armes chimiques et l'universalité de la Convention n'ont pas encore été réalisées.

"Les États-Unis, en tant que seul détenteur d'armes chimiques, n'ont non seulement pas respecté le dernier délai prolongé d'avril 2012 pour la destruction des armes chimiques, mais ont également cherché à reporter le respect de leurs obligations à 2023. Nous demandons instamment aux États-Unis d'utiliser toutes leurs capacités pour accélérer l'achèvement de la destruction de leurs stocks d'armes chimiques dans les plus brefs délais avant l'échéance prévue", a-t-il déclaré.

Balouji a également déclaré que la non-adhésion continue du régime israélien à la Convention sur les armes biologiques (BWC) et à la Convention sur les armes chimiques (CWC) constitue un obstacle majeur à leur universalité tout en mettant en danger la sécurité régionale.

Il a souligné que la prévention d'une course aux armements dans l'espace (PAROS) peut mettre fin à une grave menace pour la paix et la sécurité internationales.

"À cette fin, d'autres mesures, y compris un instrument juridiquement contraignant assorti de dispositions appropriées et efficaces en matière de vérification, seront élaborées en temps utile par la CD", a déclaré l'envoyé iranien. "Nous sommes profondément préoccupés par la menace croissante de l'armement de l'espace."

Il a rappelé que les États-Unis ont déjà créé une force spatiale et que son budget pour cette année est de plus de 17 milliards de dollars de budget et augmentera de 13% l'année prochaine.

"Nous rejetons les sanctions illégales des États-Unis contre les agences spatiales iraniennes", a ajouté M. Balouji.

L'envoyé a noté que l'Iran réaffirme le droit souverain et inhérent des États à acquérir, fabriquer, exporter, importer et conserver des armes conventionnelles en vertu de l'article 51 de la Charte des Nations unies.

"Toutefois, dans des régions comme le Moyen-Orient, la surproduction, le transfert massif et l'accumulation excessive de ces armes ont suscité des préoccupations en matière de sécurité régionale et internationale. Israël est le principal bénéficiaire des aides américaines à l'armement dans la région", a-t-il déclaré.

"Enfin, il est regrettable que le document final de la septième réunion du Conseil des ministres de l'UE contienne des dispositions, notamment la création d'un groupe d'experts à composition non limitée, qui ne sont pas conformes au mandat du Conseil des ministres de l'UE", a conclu l'envoyé.
http://www.taghribnews.com/vdcjv8eiouqe8az.3sfu.html
votre nom
Votre adresse email