Date de publication31 Jul 2021 - 14:53
Code d'article : 513505

Un député parle des nouvelles conditions américaines pour relancer le PAGC

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Un législateur iranien a déclaré que les pays occidentaux continuent de mettre en avant des "demandes excessives" de l'Iran pour relancer l'accord nucléaire.
Un député parle des nouvelles conditions américaines pour relancer le PAGC
"L'Amérique a posé une nouvelle condition. Si nous acceptons, il y aura un accord et si nous ne l'acceptons pas, aucun accord ne sera conclu ; [La condition porte sur] de nouveaux engagements dans la région. En d'autres termes, les Américains cherchent un 'PAGC+' pour eux et un 'PAGC minimum' pour nous", a déclaré Mojtaba Zonnour, membre de la commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parlement iranien, à l'agence Mehr News samedi.

"Les parties occidentale et américaine ont annoncé que la République islamique devrait, dans la déclaration finale des 5+1, s'engager à coopérer avec l'Occident sur la sécurité régionale", a-t-il déclaré, ajoutant que la question la plus importante pour l'Occident concernant la région est "d'assurer la sécurité de Daech et des terroristes Takfiri, du régime israélien et des chefs des régimes réactionnaires."

Cette sécurité est unilatérale, ce qui signifie que seule la République islamique ne devrait pas posséder la capacité de menacer ces pays, et ce uniquement pour humilier l'Iran alors que les pays réactionnaires peuvent continuer à avoir des contrats d'armement d'une valeur de plusieurs milliards de dollars, a ajouté le législateur.

"Selon la proposition, la République islamique ne peut ni avoir de connaissances sur les missiles ni faire du commerce d'armes et de missiles. En d'autres termes, l'Occident vise notre puissance de défense."

"Par exemple, ils disent que la portée du missile iranien ne doit pas dépasser 200-300 kilomètres. Comment peuvent-ils le savoir ? Ils veulent installer des caméras dans nos installations militaires, comme l'AIEA l'a fait dans les installations nucléaires... Il ne restera donc aucun secret militaire pour nous. L'Amérique et l'Occident ne renoncent pas à leurs exigences excessives."

Il a exhorté la prochaine administration iranienne à poursuivre les pourparlers afin de garantir les droits de la nation iranienne. "L'autre partie n'a pas d'autre choix que de parvenir à un accord. Nous sommes optimistes qu'ils accepteront les droits de la nation iranienne et qu'un accord sera finalisé en faveur de l'Iran."

Ailleurs, Zonnour a déclaré que la perspective des négociations de Vienne est "positive". "Grâce à la détermination du gouvernement de Raeisi, les 5+1 se plieront certainement à l'accord et, à coup sûr, les conditions s'amélioreront. Compte tenu des données que nous avons sur les négociations, nous avons une perspective positive à venir et l'atmosphère de nos relations avec le monde va s'améliorer par rapport au passé."

L'Iran a tenu six cycles de négociations avec les participants au PAGC, connus sous le nom de P4+1, dans le but de sauver le PAGC dans la capitale autrichienne de Vienne. Téhéran a insisté à plusieurs reprises sur le fait qu'il recommencerait à se conformer pleinement à l'accord après la suppression totale des sanctions que la précédente administration américaine sous Trump a illégalement imposées après son retrait unilatéral et illégitime du PAGC en mai 2018.

L'administration américaine actuelle n'a pas encore tenu les promesses faites par Joe Biden lors de ses campagnes électorales présidentielles de défaire les actions de Trump et de revenir à l'accord. Entre-temps, Téhéran a également souligné que le retour de l'administration Biden à l'accord sans levée des sanctions n'est pas du tout important.

Les négociations de Vienne se poursuivront après l'entrée en fonction du nouveau président iranien Ebrahim Raïssi.
http://www.taghribnews.com/vdcdzs0kkyt0fk6.4a2y.html
votre nom
Votre adresse email