Date de publication27 Jul 2021 - 12:03
Code d'article : 513069

La France accuse l'Iran de compromettre les chances du PAGC

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)- La France a récemment affirmé que l'Iran mettait en danger l'accord nucléaire (PAGC) et a critiqué le retard pris par l'Iran dans les négociations nucléaires.
La France accuse l
Le ministère français des Affaires étrangères, dont le pays n'a jusqu'à présent pas respecté ses engagements aux côtés des autres parties occidentales, a maintenant affirmé lundi que l'Iran mettait en danger les chances de conclure un accord avec les puissances mondiales sur la relance de l'accord nucléaire de 2015 s'il ne revenait pas rapidement à la table des négociations, rapporte Euro News.

"S'il continue sur cette voie, non seulement il continuera à retarder le moment où un accord de levée des sanctions pourra être conclu, mais il risque de compromettre la possibilité même de conclure les pourparlers de Vienne et de restaurer le PAGC", ou plan d'action global conjoint, a affirmé la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Agnès von der Muhll.

La position de la France intervient alors que l'Occident n'a pas encore été en mesure de parvenir à une conclusion définitive sur le retour au PAGC.

Le septième cycle de négociations de Vienne devrait débuter fin août, après l'entrée en fonction du nouveau gouvernement en Iran.

L'Iran a tenu six cycles de négociations avec les participants au PAGC, connus sous le nom de P4+1, dans le but de sauver le PAGC dans la capitale autrichienne de Vienne. Téhéran a insisté sur le fait qu'il recommencerait à se conformer pleinement à l'accord après la suppression totale des sanctions que la précédente administration américaine sous Trump a illégalement imposées à Téhéran après son retrait unilatéral et illégitime du PAGC en mai 2018.

Elle a déjà souligné qu'elle quitterait les pourparlers de Vienne s'ils prennent trop de temps et si ses demandes légitimes conformément au PAGC ne sont pas satisfaites. Quoi qu'il en soit, les autres parties, en particulier les Européens, semblent tuer le temps tandis que la nouvelle administration américaine s'en tient toujours aux sanctions de l'ère Trump.

L'administration américaine actuelle n'a pas encore tenu les promesses faites par Joe Biden lors de ses campagnes électorales présidentielles de défaire les actions de Trump et de revenir à l'accord. Entre-temps, Téhéran a également souligné que le retour de l'administration Biden à l'accord sans levée des sanctions n'est pas du tout important.

 
http://www.taghribnews.com/vdciqpaw3t1azu2.sbct.html
votre nom
Votre adresse email