Date de publication2 Mar 2021 - 11:12
Code d'article : 494975

Le Yémen demande instamment de mettre fin à l'agression au lieu de tenir des conférences sur l'aide humanitaire

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Le porte-parole du mouvement Houthi Ansarullah du Yémen a déclaré que mettre un terme à l'agression menée par les Saoudiens et à leur blocus total contre le pays est la meilleure aide que la nation yéménite puisse recevoir dans les circonstances actuelles.
Le Yémen demande instamment de mettre fin à l
Mohammad Abdul-Salam s'exprimait lundi alors que les Nations unies lançaient une conférence à laquelle participaient des représentants de plus de 100 gouvernements ainsi que des donateurs, espérant réunir 3,85 milliards de dollars pour prévenir la famine dans le pays.

"J'implore tous les donateurs de financer généreusement notre appel d'aujourd'hui afin d'arrêter la famine qui sévit dans le pays. Chaque dollar compte", a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, lors de l'ouverture de la conférence, co-organisée par la Suède et la Suisse.

Abdul-Salam a déclaré que la tenue de conférences sur l'aide humanitaire au Yémen aidait les agresseurs à améliorer leur image plutôt qu'à aider le Yémen.

"Les conférences aident les Etats agresseurs à s'identifier comme des Etats obligeants et non comme des Etats hostiles ou agresseurs qui doivent mettre fin au siège et à l'agression", a déclaré le porte-parole.

Abdul-Salam a également souligné sur sa page Twitter personnelle que mettre fin à l'agression et lever le blocus est la plus grande aide que le Yémen puisse jamais recevoir.

"Les meilleurs services que la coalition dirigée par les Saoudiens fournit au Yémen ne sont rien d'autre que des frappes aériennes quotidiennes, un siège brutal, le blocus des produits pétroliers et la fermeture de l'aéroport international de Sana'a, et les conséquences humaines qui en découlent".

Abdul-Salam a accusé la coalition saoudienne d'être responsable de toute la crise au Yémen.

L'ONU, qui décrit le Yémen comme la plus grande crise humanitaire au monde, cherche à réunir les 3,85 milliards de dollars auprès des donateurs, y compris les pays riches du Golfe persique, après avoir manqué 1,5 milliard de dollars par rapport aux 3,4 milliards nécessaires l'année dernière.

Plusieurs groupes d'aide ont mis en garde contre une "catastrophe" pour le Yémen si les réductions de financement se poursuivent, ajoutant que "les sévères réductions de l'aide ont aggravé les souffrances" de la population du Yémen.

La guerre a fait payer un lourd tribut aux infrastructures du Yémen depuis mars 2015, détruisant des hôpitaux, des écoles et des usines.

Selon les Nations unies, 80 % des 30 millions de personnes au Yémen ont besoin d'une forme d'aide ou de protection. Environ 13,5 millions de Yéménites sont actuellement confrontés à une insécurité alimentaire aiguë, selon les données des Nations unies.
http://www.taghribnews.com/vdccm0q0p2bqoo8.cla2.html
votre nom
Votre adresse email