Date de publication24 Feb 2021 - 23:19
Code d'article : 494374

L'Iran rejette les revendications du rapporteur de l'ONU sur l'accident d'avion ukrainien

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a rejeté les allégations "inauthentiques, non professionnelles et falsifiées" dans une lettre que la rapporteuse spéciale de l'ONU, Agnès Callamard, a écrite à propos d'un avion ukrainien qui s'est écrasé près de Téhéran en janvier 2020.
L
Dans une déclaration faite mercredi, M. Khatibzadeh a déclaré que le traitement du cas de l'accident d'avion ukrainien n'était pas du ressort d'Agnès Callamard, le rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires.

En décembre 2020, Mme Callamard a écrit une lettre au gouvernement iranien, exprimant ses préoccupations concernant l'incident du 8 janvier 2020. La lettre est restée confidentielle pendant 60 jours, conformément à la politique du Conseil des droits de l'homme, et a été publiée mardi.

Elle a fait valoir dans la lettre que les autorités iraniennes ont violé le droit à la vie des passagers et de l'équipage à bord de l'avion.

En réponse, le porte-parole iranien a déclaré : "Il existe des cadres juridiques et techniques précis et détaillés pour traiter ce sujet dans le droit international, et le domaine d'activité du rapporteur n'a rien à voir avec ces cadres et réglementations".

Khatibzadeh a également averti que l'intervention de Callamard dans ce dossier, "à moitié conçue et sans fondement", pourrait avoir des effets non constructifs sur les procédures juridiques en cours.

Les questions soulevées par le rapporteur révèlent qu'elle a reçu des informations falsifiées, erronées, biaisées et non pertinentes et qu'elle a porté des accusations contre l'Iran sans aucune preuve crédible, a-t-il ajouté.

Le porte-parole a également déclaré que le geste précipité de Callamard a donné lieu à un texte non professionnel qui manque d'authenticité et de preuves et qui remet en question le motif de sa mesure.

Le Boeing 737 de l'UIA à destination de Kiev s'est écrasé peu après son décollage de Téhéran le 8 janvier, tuant les 176 personnes à bord, pour la plupart des citoyens iraniens et canadiens.

L'Iran a déclaré que l'avion avait été touché par un missile anti-aérien en raison d'une erreur humaine.
http://www.taghribnews.com/vdcfejdjjw6d1ma.kgiw.html
votre nom
Votre adresse email