Date de publication24 Feb 2021 - 15:18
Code d'article : 494335

Loi du Parlement observée, coopération avec l'AIEA maintenue

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Le président iranien Hassan Rohani a déclaré que son administration avait habilement réussi à préserver la coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) tout en se conformant à une loi parlementaire sur la suspension de l'application volontaire du protocole additionnel.
Loi du Parlement observée, coopération avec l
Lors d'un commentaire à la session de mercredi du cabinet, le président a déclaré que le récent accord avec le chien de garde nucléaire des Nations unies concernant l'arrêt de la mise en œuvre du protocole additionnel du TNP a permis d'éviter l'accusation de non-coopération avec l'AIEA contre l'Iran.

Il a également écarté les inquiétudes des législateurs, soulignant que l'accord de trois mois entre l'Iran et l'AIEA est en totale conformité avec la loi du Parlement iranien.

Les branches du pouvoir en Iran sont indépendantes et ne peuvent pas s'interroger les unes les autres sur leurs méthodes, a ajouté M. Rohani.

"Une grande prudence est nécessaire pour que nous respections la loi, mais aussi pour maintenir nos relations avec l'Agence (AIEA) et dire au monde que nos activités sont pacifiques", a-t-il noté, ajoutant que l'administration a exécuté l'acte parlementaire de manière complète et habile.

Selon l'"Action stratégique" du Parlement sur la levée des sanctions et la sauvegarde des intérêts nationaux, ratifiée en octobre 2020, Téhéran a interrompu la mise en œuvre volontaire du protocole additionnel parce que les signataires de l'accord nucléaire de 2015 n'ont pas respecté leurs engagements.

Suite à la visite dimanche du directeur général de l'AIEA à Téhéran, Téhéran et le chien de garde nucléaire des Nations unies ont publié une déclaration commune, déclarant que l'Iran mettra fin à la mise en œuvre volontaire du protocole additionnel et refusera aux inspecteurs de l'AIEA l'accès à ses installations nucléaires au-delà de l'accord de garanties à compter du 23 février 2021 pendant trois mois.

Lundi soir, l'Ayatollah Seyed Ali Khamenei, Leader de la révolution islamique, a appelé le cabinet et le Parlement à agir à l'unisson, déclarant : "L'administration s'engage à agir conformément à la loi. Par conséquent, cette loi, qui est bonne, doit être exécutée avec précision".

Le dirigeant a également décrit la manière dont les États-Unis et les trois parties européennes du PAGC (le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne) parlent de la réduction par l'Iran de ses engagements dans le cadre du PAGC comme étant une rhétorique arrogante, autoritaire, injuste et erronée.
http://www.taghribnews.com/vdcc10q0p2bqo18.cla2.html
votre nom
Votre adresse email