Date de publication23 Feb 2021 - 15:59
Code d'article : 494221

L'armée iranienne met en garde les alliés arabes des États-Unis sur l'assassinat de Soleimani

Taghrib (APT)
Taghrib(APT)-Selon un haut responsable militaire iranien, les pays de la région qui ont aidé les Etats-Unis dans l'assassinat du général Soleimani devraient être tenus responsables.
L
"Un invité étranger s'est rendu en Irak, portant un message en réponse au message de l'Arabie Saoudite et du Premier ministre irakien", a déclaré le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général Bagheri, lors d'une cérémonie locale à Téhéran mardi, en évoquant la visite du martyr Soleimani à Bagdad. Le commandant n'a pas donné plus de détails sur ce message.

Le général Soleimani "est entré en Irak avec un avion de ligne civil de manière explicite", a ajouté le général de division.

Les forces terroristes américaines ont ciblé Soleimani non pas avec une bombe ordinaire mais avec une bombe conçue pour les véhicules blindés, a ajouté Bagheri. "Cette bombe qui a frappé la voiture du général Soleimani peut s'infiltrer de 30 cm dans l'acier. Ils ont utilisé une telle bombe et ont commis un tel crime afin de démanteler leur corps".

Le haut responsable militaire iranien a également déclaré que des pays tels que le Qatar, le Koweït et l'Arabie Saoudite seront tenus responsables de l'assassinat du général Soleimani.

"Qui a fait cela ? L'Amérique, comme ils l'ont annoncé. Qui a aidé les États-Unis ? Des bases en Arabie Saoudite, au Qatar, aux EAU et à Bahreïn ont fourni une aide en matière de renseignement. L'avion a décollé des bases militaires du Koweït, de la Jordanie et de l'Irak et a pris pour cible la voiture de Soleimani".

Tous ces pays devraient être tenus responsables, a-t-il dit. "Nous fournirons à chacun de ces pays des documents afin qu'ils ne puissent pas nier leur implication directe dans ce crime".

Le 3 janvier 2020, un drone américain a frappé près de l'aéroport international de Bagdad, assassinant le général Soleimani, ancien commandant de la force Qods du corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran. L'attaque - qui a également tué al-Muhandis, le commandant en second du groupe anti-terroriste des Unités de mobilisation populaire (PMU) irakiennes, ainsi que plusieurs autres personnes - est survenue alors que le général Soleimani était en visite officielle dans la capitale irakienne.
http://www.taghribnews.com/vdcgxt9tqak9yx4.,pra.html
votre nom
Votre adresse email