Date de publication1 Dec 2020 - 13:11
Code d'article : 484161

Les députés ratifient les grandes lignes du plan de contre-action sur le JCPOA

Taghrib (APT)
Les législateurs ont ratifié ce mardi les grandes lignes d'un plan contre-attaque pour la levée des sanctions après le non-respect des engagements pris par les parties européennes du JCPOA et suite à l'assassinat d'un scientifique iranien.
Les députés ratifient les grandes lignes du plan de contre-action sur le JCPOA
Selon le porte-parole de la Commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parlement européen, Abolfazl Amouei, les "grandes lignes" de la motion de double urgence ont été adoptées par 248 votes en faveur, lors de la séance publique de mardi matin.

M. Amouei a déclaré que le plan, dont les détails attendent la décision du législateur, vise à contrecarrer les sanctions unilatérales imposées à la République islamique par les pays occidentaux, au premier rang desquels les États-Unis,

Il vise également à ouvrir les verrous posés sur l'industrie nucléaire du pays par des sanctions injustes, a-t-il déclaré, ajoutant : "Ce plan est poursuivi pour aider à avancer sur le chemin de ceux qui ont donné leur vie au nom du développement de l'industrie nucléaire du pays".

"Le programme nucléaire devrait se dérouler en fonction des besoins du pays et nous espérons qu'il sera renforcé après cette étape. Le but de ce plan est de contrer les sanctions imposées au peuple iranien par les pays américains et occidentaux".

Amouei a souligné que selon ce plan, le comportement de l'Occident contre l'Iran devrait être modifié. "Les ennemis doivent savoir que l'assassinat de nos scientifiques aura un coût, et ils ne doivent pas penser que de tels actes resteront sans réponse s'ils commettent un acte terroriste".

Le plan de contre-action a été transformé en une double urgence samedi, suite à l'assassinat d'un éminent scientifique nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, vendredi.

Le plan oblige l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (AEOI) à produire au moins 120 kg d'uranium enrichi à 20 % par an et à le stocker à l'intérieur du pays dans les deux mois suivant l'adoption de la loi.

Selon la motion, l'AEOI devrait commencer l'installation, l'injection de gaz, l'enrichissement et le stockage de matières nucléaires jusqu'à un degré d'enrichissement approprié dans une période de trois mois en utilisant au moins 1 000 centrifugeuses IR-2m.

La motion exige également que le gouvernement iranien cesse tout accès réglementaire au-delà du protocole additionnel dans les deux mois suivant sa promulgation, conformément aux articles 36 et 37 d'un accord nucléaire multilatéral - officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (PAGC) - signé entre l'Iran et les principales puissances mondiales en 2015.

Sur la base de cette motion, si les parties européennes au JCPOA commencent à respecter leurs obligations dans les trois mois suivant l'approbation de cette loi, l'administration iranienne devrait soumettre au Parlement une proposition sur les mesures réciproques de l'Iran pour rétablir la pleine application de ses obligations au titre du JCPOA.
http://www.taghribnews.com/vdciq5a5zt1avz2.sbct.html
votre nom
Votre adresse email