Date de publication26 Nov 2020 - 22:32
Code d'article : 483488

Analyse : Les forces rivales de la Libye ont cessé de tirer, mais elles ne se retirent pas

Taghrib (APT)
Dans la ville libyenne de Syrte, en première ligne, dont certaines parties sont encore en ruines, la commission mise en place pour superviser le récent cessez-le-feu des rivaux a apposé son nom sur un grand centre de conférence du centre-ville - un signe extérieur de son engagement en faveur de la paix.
Analyse : Les forces rivales de la Libye ont cessé de tirer, mais elles ne se retirent pas
Jusqu'à présent, le cessez-le-feu tient bon et certains éléments de la trêve ont été mis en œuvre : les vols entre les villes rivales de Tripoli et Benghazi ont repris et les combattants étrangers ont quitté les installations pétrolières - les clés de l'économie libyenne.

Mais les réunions de la commission militaire conjointe dans le nord de la Libye, auxquelles participent cinq officiers de chaque côté, n'ont pas encore permis de progresser sur d'autres demandes clés d'un accord négocié par les Nations unies, ce qui souligne sa fragilité.

Les rivaux dans une guerre civile qui a fait des milliers de morts et le pays dans le chaos n'ont toujours pas retiré leurs troupes des positions de la ligne de front, ouvert une grande route côtière reliant Syrte à Misrata et débarrassé leurs rangs des mercenaires étrangers.

"Le danger ne s'arrêtera pas tant que le processus de réconciliation nationale ne sera pas achevé", a déclaré Mohammed Mofteh, 33 ans, responsable d'une association caritative à Syrte, résumant le scepticisme général de l'opinion publique à l'égard d'une paix permanente.

Depuis que le gouvernement d'accord national (GNA), reconnu au niveau international, a chassé l'armée nationale libyenne (LNA) de Khalifa Haftar de la capitale Tripoli en juin, les tirs ont fait place à des bousculades politiques.

L'effort diplomatique mené par les Nations unies a établi une feuille de route pour les élections de la fin de l'année prochaine et mis en œuvre un audit de la banque centrale, qui est divisée entre les deux parties.

Les 75 participants à un dialogue politique mené par les Nations unies, qui est distinct du travail de la commission militaire, ont également fixé la date des élections au 24 décembre 2021. Mais ils ne se sont pas mis d'accord sur un gouvernement de transition unifié nécessaire pour superviser le vote.

Les progrès de ces pourparlers politiques se sont ralentis lorsqu'ils se sont tournés vers la question de savoir qui ferait partie du nouveau conseil présidentiel et du premier ministre, a déclaré Hamad al-Bandaq, un membre du parlement basé à l'est qui y a participé.

"Nous avons atteint une pierre d'achoppement, à savoir le choix de qui fera partie du conseil présidentiel et du gouvernement", a-t-il déclaré.

Au-delà de l'implication de l'Assemblée nationale et de la LNA dans le processus de paix, leurs bailleurs de fonds étrangers - la Turquie dans le cas de l'Assemblée nationale et la Russie, les Émirats arabes unis et l'Égypte dans le cas de la LNA - le soutiennent également, bien qu'ils aient eux aussi beaucoup investi dans le conflit.

Certains de leurs intérêts militaires et économiques pourraient être perdus ou renversés sous un nouveau gouvernement unifié.
http://www.taghribnews.com/vdcjotexouqeoxz.3sfu.html
votre nom
Votre adresse email