Date de publication26 Nov 2020 - 18:27
Code d'article : 483476

La Turquie ne s'attend pas à des sanctions américaines pendant le mandat de Biden

Taghrib (APT)
La Turquie ne s'attend pas à ce que les liens avec les Etats-Unis soient tendus sous le président élu Joe Biden et ne prévoit pas de sanctions sur son achat de systèmes de défense S-400 russes, a déclaré un haut responsable du parti AK du président Tayyip Erdogan.
La Turquie ne s
Les relations entre Ankara et Washington ont été tendues sur des questions allant de la politique envers la Syrie au refus américain d'extrader une personne que la Turquie blâme pour une tentative de coup d'Etat en 2016.

La Turquie a compté sur les bonnes relations personnelles entre Erdogan et le président américain Donald Trump pour aplanir les divisions, mais on s'attend à ce que Biden soit plus dur avec la Turquie sur la politique étrangère et de défense et sur le bilan d'Ankara en matière de droits de l'homme.

L'acchat par Ankara l'année dernière de S-400, qui ne sont pas compatibles avec les défenses de l'OTAN, a soulevé la perspective de sanctions américaines au début de l'année prochaine si le Congrès approuve un projet de loi sur les dépenses de défense que la Chambre des Représentants a déjà voté pour inclure un article exigeant du président qu'il sanctionne la Turquie.

Dans un entretien avec Reuters, le vice-président du parti AK, Numan Kurtulmus, a minimisé cette perspective.

"Le président américain surveillera très probablement très attentivement l'équilibre au Moyen-Orient pour les intérêts américains, et ne voudra pas poursuivre les liens tendus avec la Turquie", a déclaré Kurtulmus.

"...je crois qu'ils prendront des mesures positives à l'avenir."

Washington affirme que les S-400 constituent une menace pour les capacités de ses avions de chasse furtifs F-35 et a retiré la Turquie du programme d'avions à réaction dont elle était fabricant et acheteur.

Ankara affirme que les S-400 ne seront pas intégrés à l'OTAN et a demandé la création d'un groupe de travail conjoint pour discuter des préoccupations américaines. Kurtulmus a répété que la Turquie ne cèderait pas aux pressions pour rendre les systèmes russes, ou les laisser inutilisés.

"Désolé, mais nous ne les avons pas achetés pour les cacher. Nous les avons obtenus pour répondre aux besoins de sécurité de la Turquie", a-t-il déclaré.

Alors que M. Erdogan a minimisé les retombées possibles de ces sanctions et a promis des contre-sanctions, il a également promis des réformes économiques et judiciaires, suite à une révision du leadership économique de la Turquie au milieu d'un plongeon de la lire.

Interrogé pour savoir si les réformes visaient à apaiser les tensions avec les Etats-Unis et l'Union européenne, qui évalueront également d'éventuelles sanctions contre Ankara le mois prochain, M. Kurtulmus a déclaré que le gouvernement n'agirait que dans l'intérêt de la Turquie.

"Nous agissons en pensant aux réformes dont nous avons besoin, aux étapes de la démocratisation qui bénéficieront à notre peuple et nous avançons sur cette voie, et non pas en pensant aux actes ou à la rhétorique qui leur plairaient", a-t-il déclaré.
 
http://www.taghribnews.com/vdcguw9t3ak97t4.,pra.html
votre nom
Votre adresse email