Date de publication19 Nov 2020 - 19:39
Code d'article : 482675

Autriche : La rhétorique antimusulmane s'intensifie après l'attentat de Vienne

Taghrib (APT)
Certains musulmans ont reçu des menaces de mort, tandis que des enfants ont été intimidés par des enseignants, selon des militants.
Autriche : La rhétorique antimusulmane s
Lorsque Gözde Taşkaya se souvient de l'attentat du 2 novembre à Vienne, c'est le sentiment de panique qui est si vif.

Des gens qui courent vers la station de métro, des gens qui tombent à terre, sur du verre brisé, le bruit des coups de feu.

Alors que l'agresseur a tué quatre personnes et en a blessé vingt autres, Taşkaya, une conceptrice multimédia de 32 ans et ses deux amis se sont cachés dans le sous-sol du café où ils se réunissaient.

Pendant des heures, ils ont attendu et suivi les développements sur les médias sociaux.

"Nous étions au moins 15 personnes dans cette cave et à un moment donné, nous avons commencé à nous encourager mutuellement, en disant des choses comme "Tout ira bien". La police est dehors. Nous sommes en sécurité ici".

Pour Taşkaya, la nuit s'est terminée à trois ou quatre heures du matin - l'attaque avait commencé vers 20 heures - quand elle a finalement trouvé un chauffeur pour la ramener chez elle. Il n'a pas accepté d'argent de sa part.

"Il était important pour lui de ramener le plus grand nombre de personnes possible chez elles en toute sécurité dans cette situation d'urgence".

Quelques jours plus tard, elle a déposé une gerbe de fleurs avec des membres du Réseau de la société civile musulmane, une organisation dans laquelle elle est impliquée depuis des années, et d'autres représentants des communautés minoritaires en Autriche.

Après l'attaque, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a déclaré "Notre ennemi, l'extrémisme islamique, qui est dirigé contre toutes nos valeurs et notre constitution, ne veut pas seulement causer la mort et la souffrance - il veut aussi diviser notre société, et nous ne permettrons pas que cela se produise".

"Cette déclaration a donné de l'espoir à de nombreuses personnes", a déclaré Taşkaya.

Mais beaucoup ont le sentiment que le sentiment de Kurz risque de se perdre.

Le 11 novembre, il a annoncé que l'Autriche interdisait "l'Islam politique".

Le gouvernement a adopté un large éventail de mesures "antiterroristes", notamment la possibilité de garder à vie derrière les barreaux les personnes condamnées pour des délits de "terrorisme", la surveillance électronique des personnes condamnées pour des crimes liés au "terrorisme" lors de leur libération et la criminalisation des actes à motivation religieuse et des actes "extrêmes" à caractère politique.

"Il est effrayant que le gouvernement annonce et décide constamment de quelque chose qui doit en fait être examiné sur le plan constitutionnel", a déclaré Taşkaya.

Ramazan Demir, 34 ans, qui a travaillé comme aumônier de prison musulman en Autriche pendant huit ans, a déclaré : "Nous constatons que la radicalisation dans les prisons augmente de plus en plus".

Il y a 2 000 musulmans dans les prisons autrichiennes, et un seul aumônier de prison qui est financé par la communauté religieuse islamique en Autriche, a déclaré Demir. Le reste du travail est effectué par des bénévoles.

"Nous avons besoin d'employés à plein temps pour ne pas perdre ces personnes".

Le travail de prévention devrait commencer dès que les gens sont exposés à la "radicalisation", en particulier dans les prisons, car beaucoup de gens se tournent vers la religion, a-t-il dit.

"Il y a des radicaux parmi les musulmans, mais ils constituent un groupe marginal contre lequel nous devons agir ensemble. Bien sûr, nous devons prévenir le terrorisme. Mais ce que nous faisons à ce sujet doit être discuté avec des [experts] et des représentants de la communauté religieuse".

Nadim Mazarweh, qui travaille comme expert en extrémisme et déradicalisation à la Communauté religieuse islamique en Autriche (IGGÖ), a déclaré que le plan du gouvernement était une décision irréfléchie.

"Et je pense que cela a beaucoup à voir avec le fait qu'il y a bien sûr aussi eu des discussions internationales sur le fait que le gouvernement et l'Office pour la protection de la Constitution et la lutte contre le terrorisme (BTV) ont échoué sur toute la ligne".

D'autres détails sur l'attentat ont été révélés ces derniers jours.

L'attaquant avait été classé comme dangereux par le BVT, deux semaines avant l'attentat, après que son achat raté de munitions en Slovaquie ait été tardivement ajouté à une base de données.

"L'assassin aurait pu et aurait dû être arrêté à l'avance", a déclaré M. Mazarweh, ajoutant qu'au lieu d'enquêter sur les raisons pour lesquelles cela n'a pas eu lieu, le gouvernement présente un ensemble de mesures contre la "terreur" et "l'Islam politique".

"J'ai été choqué par cette formulation totalement sans but. Le terme "Islam politique" est complètement inutile et est rejeté par les experts. C'est comme parler de christianisme politique ou d'hindouisme politique", a déclaré M. Mazarweh.

Pour la communauté musulmane, une telle rhétorique signifie que les gens ont l'impression d'être automatiquement soupçonnés.

Actuellement, entre 700 000 et 800 000 musulmans vivent en Autriche, soit environ 8 % de la population.

Depuis la fusillade, le racisme anti-musulman est en hausse, a déclaré Elif Adam, 31 ans, le co-fondateur et président de Dokustelle, une organisation qui soutient les victimes de l'islamophobie.

"Nous entendons des récriminations, des insultes et des calomnies. D'intimidations et d'attaques verbales dans la rue. Nous avons entendu parler de professeurs qui ont insulté leurs élèves le lendemain de l'attaque, ils ont dit des choses comme "S***** musulmans" en classe. Une femme a été frappée à la poitrine. D'autres ont été crachées dessus", a déclaré Adam.

Dans l'un des cas les plus graves, une mère a été agressée verbalement dans la salle d'attente d'un hôpital, alors que sa fille de 12 ans était présente. Un homme les avait montrées du doigt et avait fait un geste de coupe-gorge.

"Vous devriez tous être tués", a-t-il dit.

La mère a informé la police et a appelé Adam par la suite.

"Elle voulait savoir s'il était exagéré de porter plainte. J'encourage la personne et j'essaie de lui donner du pouvoir".

Les femmes qui portent le foulard sont particulièrement touchées.

"J'ai été appelée par une mère qui avait elle-même été agressée verbalement. Elle n'ose pas sortir pour l'instant et hésite à envoyer sa fille à l'école", a déclaré Adam, qui travaille bénévolement.

Elle a décrit le plan du Kurz comme une manœuvre populiste et prévoit, avec d'autres représentants de groupes de la société civile, d'appeler le gouvernement à garantir le respect des droits de l'homme et de l'État de droit.
 
http://www.taghribnews.com/vdcgux9tnak9734.,pra.html
votre nom
Votre adresse email