Date de publication16 Nov 2020 - 12:09
Code d'article : 482273

Les droits de l'homme américains : La prison de Guantanamo

Taghrib (APT)
Le concept de droits de l'homme a toujours été un sujet populaire pour les êtres humains. Cette popularité et cette influence ont conduit certains pays, principalement les Etats-Unis, à utiliser et exploiter ce terme dans les médias et les relations internationales. L'article suivant, publié par Khamenei.ir, examine la prison américaine de Guantanamo sous l'angle des droits de l'homme.
Les droits de l
Lorsque, dans son discours annuel au Congrès américain, Donald Trump a annoncé sa décision de laisser la prison de Guantanamo poursuivre ses activités, il a montré que les droits de l'homme américains continueront d'exister ! selon le site web Khamenei.ir.

Guantanamo est le nom d'une prison terrifiante située dans la baie de Guantanamo au sud-est de Cuba et qui appartient à la marine américaine. Depuis 1903, suite à un contrat entre les Etats-Unis et Cuba, la base de la marine américaine a été confiée aux Américains. Cependant, après la Révolution cubaine de 1959, le gouvernement révolutionnaire de Cuba a exigé l'annulation du contrat et la fermeture de la base navale américaine, mais le gouvernement américain n'a pas accepté. Depuis lors, chaque année, Washington envoie un chèque au gouvernement cubain, mais les Cubains refusent de l'encaisser.

Après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, le gouvernement américain a créé une redoutable prison dans la base navale de Guantanamo Bay sous la présidence de George W. Bush pour emprisonner les personnes arrêtées dans différentes parties du monde pour des actions terroristes. Les États-Unis ont décrit les prisonniers de Guantanamo comme des "combattants ennemis". Dans le système juridique des États-Unis, ce terme désigne les personnes qui prennent les armes contre les intérêts des États-Unis sans que leur pays ne soit officiellement en guerre avec les États-Unis. Comme ces individus n'ont pas la citoyenneté américaine et qu'ils ne se trouvent pas dans la zone de juridiction américaine, ils ne jouissent pas des mêmes droits que les autres détenus aux États-Unis. En d'autres termes, ils ne bénéficient pas d'une explication de leurs accusations, ils n'ont pas accès à un avocat et les procédures d'enquête habituelles ne sont pas respectées dans leur cas. Bien qu'ils soient étrangers et n'aient pas la citoyenneté américaine, ils ne bénéficient pas des droits accordés aux prisonniers de guerre. Pour ces personnes, toute forme de torture est tolérée. En outre, ils ne peuvent pas rencontrer les membres de leur famille et correspondre avec eux, ils ne reçoivent pas de bonne nourriture de quelque manière que ce soit et ils sont privés de tout privilège en matière de droits de l'homme.

Bien que les informations sur Guantanamo soient fortement censurées, les déclarations faites par certaines des personnes qui ont été libérées montrent les conditions difficiles qui y règnent et une violation évidente des droits de l'homme dans cette prison. Par exemple, Nizar Sassi, un ancien prisonnier de Guantanamo, a déclaré dans une interview que les gardiens américains les avaient obligées à se déshabiller et les avaient ensuite violées devant tout le monde. À l'époque, il n'avait aucune idée de la raison pour laquelle elles avaient été traitées de cette manière. Cependant, plus tard, il a réalisé que l'"humiliation" était la seule raison possible. Il a ajouté qu'il était très difficile, voire impossible, d'oublier ces incidents amers, hideux et troublants.

Ces déclarations indiquent qu'après avoir été libérés, les prisonniers de Guantanamo ne trouvent la paix qu'en commettant des attentats suicides contre les forces américaines et qu'en fait, la prison de Guantanamo fournit aux individus le motif d'augmenter les attaques terroristes. Mark Fallon, un ancien enquêteur américain, mentionne que non seulement la torture est un mauvais moyen d'obtenir des informations militaires, mais qu'elle augmente également la violence et les risques de futures attaques contre les États-Unis.

Le 22 janvier, Barak Obama, l'ancien président américain, a émis un ordre de fermeture de la prison de Guantanamo et d'autres prisons secrètes mises en place par la CIA, le faisant dès son deuxième jour de mandat, mais son ordre n'a jamais été exécuté et cette redoutable prison a continué à fonctionner.

Le 14 mars 2009, le ministère américain de la justice a déclaré que depuis lors, les États-Unis n'utiliseraient plus le terme "combattant ennemi" pour désigner les suspects accusés d'opérations terroristes. Sur la base de cet ordre, les prisonniers détenus dans la prison de Guantanamo, accusés d'avoir participé à des attaques terroristes, auraient dû bénéficier des droits internationaux des prisonniers, mais cette loi est restée sur le papier également et n'a jamais été appliquée.

Le 30 janvier 2018, non seulement Donald Trump a annoncé sa décision de laisser la prison de Guantanamo continuer à fonctionner, mais il a également réitéré que la torture est un outil efficace pour obtenir des informations des prisonniers. En réponse à ces déclarations, Alberto Mura, un ancien commandant de la marine américaine, a décrit les déclarations de Trump comme peu pratiques, résultant de son inexpérience et de son manque de perspicacité politique.

Le bail forcé et illégal de l'île de Guantanamo, qui est sous la souveraineté du gouvernement cubain et qui fait partie de l'intégrité territoriale de ce pays, et les activités menées dans la redoutable prison de Guantanamo, ainsi que les tortures qui y sont pratiquées, sont des manifestations claires de la violation du droit international.
http://www.taghribnews.com/vdca0unye49nau1.z5k4.html
votre nom
Votre adresse email