Date de publication11 Nov 2020 - 14:20
Code d'article : 481804

Les récents accords arabo-israéliens vont donner naissance à un empire virtuel d'Israël

Taghrib (APT)
La dernière complicité arabo-israélienne a anéanti la perspective d'une Palestine indépendante, et le Moyen-Orient connaît des changements politiques qui auront de profondes conséquences à long terme pour la région en particulier et pour l'Asie en général.
Les récents accords arabo-israéliens vont donner naissance à un empire virtuel d
La question primordiale est cependant la suivante : Qu'arrivera-t-il aux Palestiniens vivant dans les territoires occupés par Israël ?

Deux possibilités se dessinent à l'horizon : Une solution à un seul État, qui prévoit la fusion des territoires avec Israël, et l'autre consiste à donner à la Jordanie des parties de la Cisjordanie et à remodeler le royaume en tant que nation palestinienne.

Entre-temps, les accords dits d'Abraham ont ouvert la voie à la création d'un empire virtuel d'Israël. Cette mini superpuissance gardera la région sous sa coupe pendant des décennies, voire des siècles. Elle dirigera un groupe militaire régional camouflé pour solidifier son contrôle et aider l'Occident à combattre l'Iran, la Russie et la Chine.

Israël a récemment signé les accords négociés par les États-Unis avec les Émirats arabes unis afin d'obtenir une reconnaissance diplomatique. Pendant des décennies, les Arabes ont évité Israël en raison de son refus d'autoriser un État palestinien sur les terres qu'il avait occupées lors de la guerre israélo-arabe de 1967. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Suite à ses accords avec les EAU, le gouvernement juif a également conclu des traités similaires avec le Bahreïn et le Soudan. Ensemble, ils ont semé la graine d'un bloc militaire non déclaré soutenu par les États-Unis et dirigé par Israël.

Les nations arabes qui perçoivent la République islamique d'Iran comme leur ennemi numéro un feront partie de l'alliance. L'Arabie saoudite, principal rival de l'Iran pour la direction du monde musulman, s'en tiendra à l'écart pour l'instant car Riyad craint une réaction hostile de la part des autres nations islamiques. Ainsi, les Saoudiens travailleront secrètement avec Israël par l'intermédiaire de leurs coéquipiers - les EAU et le Bahreïn.

L'axe pro-occidental émergent est un rêve devenu réalité pour Israël et l'Amérique ; ils cherchent depuis longtemps à obtenir un changement de régime dans l'Iran, la seule nation musulmane restante qui puisse remettre en question l'hégémonie du régime juif.

Quelles sont les prochaines étapes pour les Palestiniens ?

Selon le scénario probable, Israël partagera la Cisjordanie occupée avec la Jordanie. Les malheureux Palestiniens deviendront des citoyens de la Jordanie élargie. Gaza sera fusionnée avec l'Égypte. Ni la Jordanie ni l'Égypte ne veulent des zones palestiniennes, mais elles succomberont au dictat d'Israël.

Israël et l'Amérique trouveront pratique de rebaptiser la Jordanie "patrie palestinienne de facto", car quelque 70 % des dix millions de Jordaniens sont d'origine palestinienne. Ils enterreront la solution d'un seul État, qui prévoit de faire des cinq millions de Palestiniens des territoires occupés des citoyens d'Israël, une nation de neuf millions de Juifs et d'Arabes.

La solution d'un seul État, cependant, ne pourra pas être appliquée parce qu'Israël veut les terres palestiniennes - et non les Palestiniens. De plus, les Israéliens n'ont plus de pitié pour leurs ennemis vaincus, et ne voient aucun avantage à avoir des millions de musulmans supplémentaires dans la nation juive. Le vieil argument selon lequel Israël doit faire la paix avec les Arabes pour assurer sa sécurité à long terme est maintenant muet.

La mort des aspirations palestiniennes, autrefois défendues par les Nations unies et les États-Unis également, reflète l'impuissance des musulmans découragés, qui ont été constamment attaqués depuis les attentats du 11 septembre 2001 contre l'Amérique par certains citoyens ignorants d'Arabie saoudite.

Nouveau bloc militaire asiatique

La nouvelle coalition visera principalement l'Iran. Mais Washington l'utilisera aussi contre la Turquie et la Russie. Malgré les débordements anti-occidentaux occasionnels du président turc Recep Erdogan, la Turquie, membre de l'OTAN, ne sera pas confrontée à un feu et à une fureur immédiats.

L'entente américano-arabe-israélienne, ainsi que le traité Indo-Pacifique, qui inclut l'Inde, l'Australie et le Japon, vont renforcer les efforts américains pour contenir la Chine. Israël, avec ses liens militaires solides avec l'Inde, étendra sa sphère d'action pour aider l'armée américaine en Asie.

Israël a longtemps été le mandataire de l'Amérique et l'avant-poste de l'Occident au Moyen-Orient pour contrôler les Arabes. L'Occident se méfie des Arabes - et des musulmans - parce qu'ils ont humilié les chrétiens en construisant un vaste empire islamique en Europe. Cette hostilité historique est toujours bien vivante et éclate de temps en temps.

L'inimitié est restée quelque peu latente lorsque l'Occident était occupé à combattre le communisme. Avec la disparition de l'Union soviétique, l'Europe et l'Amérique ont redécouvert l'Islam comme nouveau croque-mitaine et le choc des civilisations s'en est suivi. L'essor de la Chine a forcé l'Amérique à se détourner de l'Islam, mais les sentiments antimusulmans continuent de contaminer de nombreux esprits dans les pays non musulmans.

Les retombées des accords de Camp David

Les récents accords arabo-israéliens ont été conclus des décennies après que l'Égypte et la Jordanie aient embrassé Israël. Sous le parrainage des États-Unis, l'Égypte a signé les accords de Camp David en 1978, réalisant ainsi l'objectif des États-Unis de rompre l'alliance arabe, d'écarter les Palestiniens, d'affaiblir l'Union soviétique et de sécuriser Israël. La Jordanie, le chouchou d'Israël depuis des décennies, a suivi le même chemin en 1994.

Depuis lors, les Palestiniens ont perdu du terrain face à Israël, littéralement, et les Arabes ont perdu de l'influence. Après la chute de l'Union soviétique, qui a soutenu les Arabes, la misère a frappé les Palestiniens. N'ayant plus le choix, les Palestiniens ont finalement décidé de s'embrasser et de se réconcilier avec l'Amérique pour tenter de jouer les seconds rôles face à Israël, mais sans succès.

Avec l'Égypte stérilisée, l'Irak ruiné et la Libye revenue à l'âge des ténèbres, les Arabes sont au plus bas. Israël et l'Amérique ont les mêmes vues sur l'Iran, mais ils ne sont pas d'accord sur la façon d'aborder Téhéran. Israël veut des mesures sévères et immédiates, mais l'Amérique préfère donner une chance à la diplomatie, une politique qui devrait revenir sous la prochaine administration américaine.

Malgré le triomphe de l'Iran en Syrie, Téhéran a reçu un coup dur au Liban. Le mouvement de la résistance libanaise soutenue par Téhéran, qui avait jadis massacré Israël, est sous pression. Le Liban, dont l'économie est en lambeaux, a besoin de l'aide de l'Occident. Cette tournure des événements a permis à l'Occident de réaffirmer son influence au Liban et de contourner l'Iran.

La querelle arabe tue les espoirs

Contrairement aux dirigeants juifs, les dirigeants arabes ont l'habitude de faire passer leurs intérêts personnels avant les intérêts nationaux. Leurs querelles pour la direction, souvent avec une aide extérieure, ont frustré les aspirations arabes. Aujourd'hui économiquement en déclin, diplomatiquement marginalisés et militairement impuissants, les pays arabes considèrent l'Iran en pleine ascension comme leur plus grand ennemi et Israël ainsi que l'Amérique comme leurs sauveurs.

La rivalité arabo-persane, qui remonte à plusieurs siècles, a refait surface dans les années 1980 après que Téhéran eut contesté l'emprise de Riyad sur le monde musulman. L'Iran et l'Arabie saoudite se battent indirectement au Yémen et à Bahreïn, de sorte qu'une alliance avec Israël est plus importante pour les Arabes que l'aide aux Palestiniens.

Les Saoudiens sont les gardiens des lieux les plus sacrés de l'Islam. Ils sont conscients des mouvements de convulsions parmi les musulmans causés par le sort des Palestiniens. Aucune autre question n'agite autant les musulmans que la question palestinienne. Riyad a donc évité les liens formels avec Israël pour cacher son rôle dans la création de la coalition anti-iranienne.

Les musulmans sont devenus timides depuis les attaques du 11 septembre 2001 contre les États-Unis. Malgré leur profonde angoisse face à la misère des Palestiniens, ils n'osent pas parler parce qu'ils craignent d'être étiquetés comme des sympathisants du terrorisme.

Les récents accords signalent une capitulation arabe. Les Palestiniens sont largement considérés par les musulmans comme des victimes de l'occupation israélienne. Parce que les Arabes les ont abandonnés, les musulmans démoralisés pourraient se tourner vers l'Iran et la Turquie - deux nations musulmanes non arabes - pour leur leadership.

Les dirigeants arabes, en particulier l'Arabie Saoudite, s'en inquiètent. L'influence saoudienne sur les musulmans a plongé avec le déclin du pétrodollar. Pratiquement aucun musulman en dehors de la péninsule arabique ne considère l'Iran comme un ennemi de l'Islam. Le fait que les Arabes aient tourné le dos aux Palestiniens pour remporter une victoire stratégique contre l'Iran ne sera pas bien vu par le monde musulman.

Pour atténuer le choc, les EAU ont cherché à présenter les accords sous un jour positif. Ils ont déclaré qu'Israël a accepté de reporter son projet d'annexion des terres palestiniennes en échange de la reconnaissance diplomatique. En fait, l'action des EAU a plongé les Palestiniens dans une sombre fosse d'où il n'y a pas d'issue.

L'Amérique a incité le Bahreïn, les EAU et le Soudan à se lier d'amitié avec Israël parce que c'était la façon du président Donald Trump de gagner la confiance des Juifs américains très puissants. Son beau-fils, Jared Kushner, un riche juif de New York, a encouragé les Arabes à conclure ces accords.

Sous le président nouvellement élu Joe Biden, le bulldozer israélien va s'arrêter, mais pas complètement. Les Juifs américains sont tout simplement trop puissants pour qu'une administration quelconque favorise les Palestiniens au détriment d'Israël.

En obtenant la reconnaissance des Arabes, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réalisé ce que Theodor Herzl n'a pas réussi à faire. En 1901, le leader sioniste a offert au sultan ottoman Abdulhamid, économiquement faible, 150 millions de livres d'or pour la terre de Palestine. Abdulhamid a refusé :

"Même si tu me donnais autant d'or que le monde entier, sans parler des 150 millions de livres anglaises en or, je n'accepterais pas du tout. J'ai servi la mouvance islamique et la Oumma de Muhammad pendant plus de trente ans, et jamais je n'ai noirci les pages des musulmans - mes pères et mes ancêtres, les sultans et les califes ottomans".

La guerre par procuration menée par la Syrie a montré clairement qu'une coalition Téhéran-Moscou peut faire perdre son temps à l'Occident. L'Iran et la Russie ont aidé le président syrien Bachar al-Assad à diriger les rebelles soutenus par l'Amérique et l'Europe. Aujourd'hui, une Turquie mécontente se réchauffe pour rejoindre le camp anti-occidental, qui sent comme un mini Pacte de Varsovie.

Pour l'instant, l'Amérique a tout à gagner du rapprochement israélo-arabe. Les projets américains de vendre plus d'armes en Asie s'accélèrent. Les EAU sont en pourparlers pour acheter des avions de combat F-35. La Russie, quant à elle, va équiper l'Iran de missiles S400, ce qui intensifiera la course aux armements en Asie. L'Inde achète déjà des armes aux États-Unis, à la Russie et à Israël.

    La nouvelle réalité au Moyen-Orient est une catastrophe dont les musulmans n'ont jamais ressenti les effets depuis la chute de l'Empire ottoman il y a un siècle. C'est un fiasco qui leur apportera des misères peut-être pour un autre siècle, si ce n'est plus.


 
http://www.taghribnews.com/vdcjyvexxuqeooz.3sfu.html
votre nom
Votre adresse email