Date de publication24 Oct 2020 - 8:48
Code d'article : 479698

L'interdiction de vote au Myanmar anéantit tout espoir pour les minorités ethniques

Taghrib (APT)
Pour de nombreux groupes ethniques minoritaires marginalisés dans les régions du Myanmar touchées par le conflit, les élections nationales du mois prochain ont au moins offert une lueur d'espoir d'autonomisation.
L
Mais la décision d'exclure des pans entiers de leur pays d'origine du scrutin - apparemment pour des raisons de sécurité - les a plutôt remplis de colère et de désespoir, près de deux millions de personnes étant désormais privées de leur droit de vote.

La Ligue nationale pour la démocratie (LND), dirigée par Aung San Suu Kyi, devrait être reconduite au pouvoir lors des élections du 8 novembre, la deuxième seulement depuis que le pays est sorti du régime militaire.

Mais le parti est confronté à un déclin du soutien dans de nombreuses zones de minorités ethniques, où le mécontentement s'est maintenant intensifié.

La semaine dernière, la commission électorale a annoncé une longue liste de circonscriptions où le vote n'aura pas lieu, laissant plus d'un million de personnes privées du droit de vote à Rakhine et des centaines de milliers d'autres ailleurs.

"C'est dévastateur", a déclaré Hla Maung Oo, membre de l'ethnie Rakhine et chef d'un des nombreux camps de personnes déplacées dans son État.

"Je suis déprimé par cette décision, car je savais pour qui j'allais voter dès le début."

Les tensions à Rakhine étaient déjà fortes avant le déménagement.

Une guerre civile entre l'armée du Myanmar et l'Armée d'Arakan (AA) - un groupe de militants luttant pour une plus grande autonomie de l'ethnie Rakhine - a tué et blessé des centaines de personnes et forcé 200 000 personnes à quitter leurs foyers.

Les deux parties sont accusées d'abus, mais l'AA bénéficie toujours du soutien d'un peuple qui s'est longtemps senti marginalisé par la majorité Bamar dans l'un des États les plus pauvres du pays.

Piégés par les combats et privés de leurs droits, plusieurs autres minorités ethniques, dont les Mro, les Khami et les Daingnet, se retrouvent piégés.

"Nous sommes au milieu de deux groupes et nous avons peur des deux", a déclaré Sein Hla Tun, un Mro du township de Kyauktaw.

"Nous voulons juste une solution politique à cela, au lieu de nous battre."

- Un désespoir durable -

Une communauté de l'État de Rakhine n'a pas été touchée par cette dernière décision, mais seulement parce qu'elle était déjà privée de ses droits.

Les musulmans rohingyas du Myanmar ont été privés de leur citoyenneté et de leurs droits pendant des décennies.

Une brutale répression militaire en 2017 a forcé 750 000 personnes à fuir vers les camps de réfugiés au Bangladesh. Cette violence fait que le Myanmar est maintenant accusé de génocide devant la plus haute cour de justice des Nations unies.

Mais 600 000 autres Rohingyas vivent toujours au Myanmar, principalement dans l'État de Rakhine, et sont soumis à ce que les groupes de défense des droits ont décrit comme un système d'apartheid.

"Nous n'avions pas d'espoir avant et nous n'en avons toujours pas", a déclaré à l'AFP Saw Aung, un Rohingya du township de Minbya, par téléphone.

"Même si les élections avaient lieu, notre situation ne s'améliorerait pas."

- Pointer du doigt -

Au total, près de deux millions de personnes en âge de voter seront désormais dans l'incapacité de voter, soit environ cinq pour cent de l'électorat.

D'autres États du pays, notamment les États Shan, Kachin et Karen, ont également été mis à mal par cette annonce.

Le député Dwe Bu, du Parti populaire de l'État de Kachin, a accusé le gouvernement de laisser tomber les minorités ethniques.

"Nous pensions que le gouvernement de la LND s'efforcerait d'instaurer la démocratie et de travailler pour le public", a-t-elle déclaré.

"Mais maintenant, je sens qu'ils sont encore pires."

L'impartialité de la commission électorale - un organe entièrement nommé par le gouvernement - a été carrément remise en question.

Selon les observateurs, la dernière privation de droits de vote s'est produite en grande partie dans les bastions des minorités ethniques, ce qui a probablement fait pencher les votes de ces régions en faveur de la LND de Suu Kyi et fait craindre une recrudescence des conflits et de la violence politique.

La commission "refuse de manière flagrante la représentation des minorités", a déclaré Kyaw Win du Burma Human Rights Network, appelant à un renversement de la décision.

La LND a nié les allégations d'ingérence, tandis que la commission a tenté cette semaine de détourner les accusations, déclarant que toutes les annulations de vote avaient été décidées en consultation avec le gouvernement, y compris avec deux ministères contrôlés par l'armée.

Celui qui a pris la décision, Htoi Aung - forcé de quitter sa maison en raison des combats entre l'armée et les rebelles Kachin - sera parmi les nombreux à ne pas pouvoir voter le mois prochain.

"Notre peuple a perdu ses droits et notre parti ethnique ne pourra plus gagner."

 
http://www.taghribnews.com/vdchwwnk623nq-d.4ft2.html
votre nom
Votre adresse email