Date de publication19 Oct 2020 - 14:18
Code d'article : 479223

Douze corps retrouvés dans des fosses communes en Libye

Taghrib (APT)
Les corps ont été retrouvés dans des fosses communes récemment découvertes à Tarhuna, au sud de la capitale Tripoli.
Douze corps retrouvés dans des fosses communes en Libye
Douze corps non identifiés ont été retrouvés dans des fosses communes de la ville libyenne de Tarhuna, au sud de la capitale, Tripoli.

Les corps, découverts dimanche, ont été récupérés dans les fosses communes nouvellement découvertes, a déclaré à l'agence de presse Xinhua Abdul-Aziz Jafri, porte-parole de l'Autorité générale pour la recherche et l'identification des personnes disparues.

Une mission d'enquête en Libye a été mise en place par le principal organe de défense des droits de l'homme des Nations unies en juin, après que des procureurs de la Cour pénale internationale aient déclaré que des fosses communes découvertes récemment pouvaient constituer des crimes de guerre.

Au moins huit fosses communes ont été découvertes à l'époque, dans une zone reprise par le gouvernement d'accord national (GNA) internationalement reconnu de la Libye aux forces du commandant militaire renégat Khalifa Haftar.

Selon le GNA basé à Tripoli, la plupart des tombes ont été retrouvées à Tarhuna, le dernier bastion de Haftar dans l'ouest de la Libye.

La ville a été utilisée par ses forces comme rampe de lancement lors d'une offensive malheureuse de 14 mois pour s'emparer de Tripoli.

Un total de 86 corps ont été retrouvés à Tarhuna, et 28 autres à Tripoli depuis le début des recherches en juin, selon les médias libyens.

La Libye, un important producteur de pétrole, est embourbée dans la tourmente depuis 2011, lorsque le dirigeant de longue date Mouammar Kadhafi a été renversé lors d'un soulèvement soutenu par l'OTAN.

Depuis 2015, une lutte de pouvoir oppose la GNA à Tripoli à la Haftar, basée à l'est, les deux parties étant soutenues par des puissances étrangères rivales.

Des centaines de personnes ont été tuées et quelque 200 000 personnes ont été déplacées en Libye depuis la dernière escalade, qui a débuté en avril 2019, lorsque l'armée nationale libyenne (LNA), autoproclamée par Haftar et soutenue par les Émirats arabes unis et l'Égypte, a lancé une offensive contre Tripoli, siège de la GNA, reconnue internationalement.

 
http://www.taghribnews.com/vdcb59bafrhbz5p.kiur.html
votre nom
Votre adresse email