Date de publication28 Sep 2020 - 20:13
Code d'article : 477236

Les manifestants à Londres condamnent l'ingérence des États-Unis en Irak

Taghrib (APT)
Un groupe de manifestants s'est réuni devant l'ambassade irakienne à Londres pour condamner l'ingérence des États-Unis dans les affaires intérieures du pays arabe.
Les manifestants à Londres condamnent l
 Lors du rassemblement du dimanche, les manifestants ont dénoncé l'ingérence des États-Unis en scandant "Dieu est le plus grand des États-Unis est le grand mal".

Les protestations surviennent alors que les États-Unis seraient en train d'évacuer leur personnel de l'ambassade américaine à Bagdad dans le cadre d'un plan de fermeture de l'ambassade.

Les Etats-Unis auraient déclaré qu'ils ferment leur ambassade à Bagdad à moins que l'Irak n'empêche les attaques de roquettes.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo aurait appelé dimanche le président irakien Barham Saleh et le premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi.

"Ce que l'on nous dit, c'est qu'il s'agit d'une fermeture progressive de l'ambassade sur deux à trois mois", aurait déclaré un fonctionnaire irakien dans un rapport du Wall Street Journal.

"La décision de fermer l'ambassade à Bagdad est entre les mains du président Trump et est prête. ... Si nos forces se retirent et que l'ambassade est fermée de cette manière, nous liquiderons tous ceux dont il est prouvé qu'ils ont été impliqués dans ces attaques", a déclaré Pompeo lors d'un appel téléphonique avec Salih, citant les groupes anti-terroristes de Kata'ib Hezbollah et Asa'ib Ahl al-Haq, qui font partie des unités de mobilisation populaire (PMU) pro-gouvernementales irakiennes ou Hashd al-Sha'abi.

Une source anonyme a déclaré au site d'information américain Al-Monitor que Salih avait convoqué une réunion avec des chefs de factions politiques et leur a dit qu'il avait reçu une lettre d'avertissement de Pompeo.

La chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya a également cité des sources politiques américaines et irakiennes qui ont déclaré que la menace de sanctions et de limites sur les transactions en dollars, y compris la rétention de l'aide par le biais de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) pour l'Irak, avaient toutes été soulevées par le diplomate américain de haut niveau dans son "message très dur" à Salih.

Récemment, plusieurs attaques à la roquette ont visé des bases militaires américaines en Irak. Selon une compilation de l'analyste irakien Joel Wing, 25 attaques ont été perpétrées ce mois-ci contre des convois transportant des fournitures vers des installations américaines ou de la coalition, contre la zone verte où se trouve l'ambassade américaine ou contre l'aéroport de Bagdad.

Les relations entre l'Irak et les Etats-Unis se sont détériorées depuis le 3 janvier, date à laquelle un drone américain autorisé par Trump a frappé un convoi à l'aéroport de Bagdad, assassinant le général Qassem Soleimani, commandant suprême de la lutte anti-terroriste en Iran, et Abu Mahdi al-Muhandis, chef adjoint de Hashd al-Sha'abi.

Deux jours plus tard, les législateurs irakiens ont adopté à l'unanimité une loi ordonnant l'expulsion de toutes les troupes étrangères d'Irak.

Trump a alors menacé l'Irak de sanctions et de saisie de l'argent du pétrole détenu dans les banques américaines si les dirigeants du pays tenaient leur promesse d'expulser les forces américaines.

Néanmoins, les groupes de résistance irakiens ont promis de prendre les armes contre les forces américaines si Washington ne se conformait pas à l'ordre parlementaire.
http://www.taghribnews.com/vdcds50o9yt05x6.4a2y.html
votre nom
Votre adresse email