Date de publication28 Sep 2020 - 15:46
Code d'article : 477224

Les chagrins des Rohingyas se relèvent d'une longue histoire de racisme

Taghrib (APT)
Le sort de la minorité musulmane Rohingya au Myanmar a soulevé la question des droits de l'homme et des droits des minorités dans ce petit pays d'Asie du Sud-Est. D'un autre côté, l'approche des élections générales au Myanmar, et les piètres performances du gouvernement d’Aung San Suu Kyi dans la lutte contre Coronavirus, ont amené certains à penser que Aung San Suu Kyi allait perdre le pouvoir.
Les chagrins des Rohingyas se relèvent d
Le Dr Robert Anderson, expert du Myanmar, a étudié l'anthropologie à l'Université de Chicago, et est maintenant professeur émérite de communication à l'Université Simon Fraser de Vancouver, au Canada. Il s'est rendu pour la première fois au Myanmar, à l'âge de 19 ans en 1962, et s'est rendu pour la première fois sur la côte d'Arakan (État de Rakhine) en 1973. Anderson s'est rendu dans ce pays à plusieurs reprises, et écrit maintenant l'histoire du Myanmar dans les années 1940. Il participe également à l'Université de Yangon (Myanmar) à un nouveau programme d'études supérieures environnementales

Robert Anderson, expert du Myanmar, dans un entretien avec l’Agence iranienne de presse coranique (Iqna), a déclaré : « Les gens ont une interprétation simple de la situation de la minorité Rohingya car l'oppression du peuple de la région de Rakhine, la minorité musulmane rohingya, est plus ancienne que le Myanmar en tant qu'État indépendant sous contrôle militaire depuis 1948.

J'ai visité les mosquées et rencontré des musulmans dans d'autres régions du Myanmar - mais pas depuis l'expulsion des Rohingyas en 2017 - j'ai souvent entendu dire qu'ils se sentent toujours « chez eux ». Ils sont vraiment « chez eux » et vivent au Myanmar depuis des générations. Ils prennent des risques en vivant au Myanmar.

J'exhorte les chercheurs à rencontrer les dirigeants des différentes communautés musulmanes du Myanmar. Lorsque Aung San Suu Kyi a témoigné à La Haye en décembre dernier, les analystes de Yangon ont déclaré qu’elle sortirait vainqueur aux prochaines élections. Mais onze mois en politique, c'est long. Depuis, les performances du gouvernement ont été décevantes sur de nombreux points et notamment dans la lutte contre le coronavirus, et affecteront les élections de novembre.

Aung San Suu Kyi n'est ni perdante ni gagnante dans la question de l'oppression des Rohingyas, mais risque de perdre des sièges parlementaires au profit du Parti de l'union, de la solidarité et du développement (PUSD), si les électeurs birmans du centre du Myanmar pensent qu'elle ne peut pas développer le tourisme, les investissements directs étrangers et l'extraction de ressources. Malgré sa réputation internationale, ancienne et complexe, elle est une politicienne birmane mais a aussi des réseaux de partisans dans les pays voisins. Ni son parti (NLD) ni le parti militaire (USDP) n'ont une chance de gagner plus de quelques sièges dans l'État de Rakhine.


De nombreux partis locaux de Rakhine dominent et une force militante bouddhiste connue sous le nom « d'Armée d'Arakan », qui a été touchée par des tirs d'artillerie et a eu plusieurs blessés la semaine dernière, combat l'armée du Myanmar. Quant aux Rohingyas, ils ne seront même pas représentés aux prochaines élections. Cela montre à quel point le sort des Rohingyas au Myanmar, est marginal, à l'exception des 200000 personnes qui ont été expulsées de leurs maisons en 2016-2017.

Si leur témoignage est jugé valide et accepté par la Cour internationale de Justice (dans les affaires de la Gambie et du Myanmar), ce tribunal pourrait utiliser les déclarations des militaires sur les expulsions systématiques et violentes des gens de leurs terres, comme preuves de l’existence d’un nettoyage systématique de certaines parties de la frontière de l'État de Rakhine, des terroristes anti gouvernementaux.


Le Myanmar semble fonctionner à trois vitesses, une vitesse rapide pour la majorité des Birmans, pleine de potentiels socio-économiques, plus lente pour certaines minorités et inexistante pour les musulmans rohingyas. De 1991 à 2015 environ, des sanctions ont été imposées au gouvernement militaire du Myanmar pour violations des droits humains, mais pas en particulier, en ce qui concerne les Rohingyas. Ces 22 ans ont montré que les groupes birmans sont capables de contourner les sanctions dans certaines zones économiques, et les sanctions imposées au Myanmar, punissent plus les pauvres que les riches qui peuvent faire du commerce et supporter les sanctions.

Tant que le gouvernement ne s'occupera pas de toutes les minorités, celles qui figurent sur la liste de recensement ou celles qui ne figurent pas sur la liste (comme les Rohingyas), la situation ne s'améliorera pas et occasionnera des troubles aux frontières. La question des Rohingyas, de Rakhine et d’Arakan est un des défis moraux et juridiques les plus inquiétants. Mais les choses ne changeront pas tant qu'on ne comprendra pas toutes les parties. D'après mon expérience, les sanctions provoquent des réponses mais pas une compréhension claire de la situation ».
http://www.taghribnews.com/vdcau0nyy49n0u1.z5k4.html
votre nom
Votre adresse email