Date de publication7 Aug 2020 - 16:16
Code d'article : 471856

Les chercheurs des universités et des hawzahs doivent aborder les dimensions psychologiques de l’extrémisme religieux

Taghrib (APT)
Indiquant l’existence des raisons psychologiques du phénomène de l’extrémisme religieux, le secrétaire général du Conseil mondial du rapprochement des écoles islamiques a insisté que les institutions pédagogiques et les chercheurs des universités et des hawzahs doivent porter un attention accrue aux dimensions psychologiques de ce phénomène et ne pas se limiter aux informations théoriques.
Les chercheurs des universités et des hawzahs doivent aborder les dimensions psychologiques de l’extrémisme religieux
L’incident de Beyrouth et la catastrophe survenus pour le cher peuple du Liban ont créé une grande douleur dans notre cœur et fait verser nos larmes. Mais avec l’aide de Dieu, le plus Haut, la nation et les oulémas résistants du Liban traverseront cette grande crise, a dit cheikh Hamid Shahriari, secrétaire général du Conseil mondial du rapprochement des écoles islamiques dans son discours lors d’un séminaire en ligne baptisé l’’’Approche de la vénérée Zahra (As), torche de la voie de notre temps et de la nouvelle génération et le profit de son approche pour contrer le problème e l’extrémisme religieux’’ tout en remerciant l’Assemblée mondial des Femmes musulmanes en Irak et l’université de Karbala pour leurs efforts dans l’organisations de ce séminaire.

Je présente mes condoléances aux oulémas du Liban à la suite de cet incident. Je prie Dieu d’accorder sa miséricorde aux martyrs de cet incident et la guérison rapide aux blessés, a-t-il suivi.

Nous avons un grand besoin de profiter nos recherches théoriques pour bâtir le présent et l’avenir, et connaître nos points forts et nos point faibles pour trouver les stratégies scientifiques adéquates, a-t-il continué. 

L’extrémisme et ses solutions pratiques et théoriques font partie des axes de cette conférences. Deux facteurs entraînent ce phénomène ; le facteur culturel et le facteur psychologique. Mais le coté culturel signifie un manque scientifique et une ignorance. Comme le vénéré l’imam Ali (As) a dit : l’ignorant se montre par l’extrémisme ou par son laxisme, a-t-il suivi.

Il y a deux types de l’ignorance : simple et composée. Dans la forme composée, l’ignorant n’a aucune information sur son ignorance et pense qu’il est bien informé. Il ne permet à personne de le critiquer. Comme celui qui ne veut accepter aucun apprentissage. Il ne veut pas entendre les paroles d’autrui. Et s’il entre dans un dialogue avec une autre personne, il n’écoute pas ses opinions. Il (ignorant) parle sans arrêt et se prépare à refuser les idées de l’autre côté, a-t-il précisé.

Les institutions pédagogiques et les chercheurs des universités et des hawzahs doivent porter une attention accrue aux dimensions psychologiques de ce phénomène et ne pas se limiter aux informations théoriques. Due à un manque scientifique ou d’un problème psychologique, l’extrémisme a besoin de la guérison. La société doit être éloignée des discriminations ethnique, sexuelle et religieuse. La justice doit régner la société. Sans la justice, l’extrémisme se propage dans la société et sera en continuité malgré la tenue des discours, des programmes de dirigeants et des conférences, a-t-il ajouté. 
http://www.taghribnews.com/vdcftydjvw6deca.kgiw.html
votre nom
Votre adresse email