Date de publication7 Jul 2020 - 12:31
Code d'article : 468455

L'extrémisme de Trump menace le grand lobby israélien

Taghrib (APT)
Le plein soutien du président des Etats-Unis aux actes illégaux du régime sioniste a créé un front opposant aux Israéliens aux Etats-Unis.
L
L’AIPAC est-il fini ? Le soutien inconditionnel et tonitruant de Trump à Netanyahu et à toutes les initiatives d’Israël. On penserait en première analyse que c’est une aubaine pour Israël ; tous comptes faits ce n’est pas sûr. L’opposition à Trump dans la direction générale US, dans la bureaucratie, chez les parlementaires et les « experts » est telle qu’on en arrive à envisager des positions politiques uniquement en fonction de Trump, contre lui, et que finalement le soutien qu’il apporte à Israël finit par rendre déplacée cette politique. D’autre part, ce soutien même maximaliste reste incertain simplement parce que le personnage lui-même est incertain, tandis que le caractère tonitruant et bombastique qu’il met dans tout acte a tendance à faire ressortir le caractère disons un peu outrancier de ce soutien en général par rapport à la souveraineté US et l’indépendance de sa politique extérieure.

Il y a des changements importants dans la géographie et la démographie électorales US, surtout pour les démocrates qui ont très souvent été les soutiens les plus inconditionnels d’Israël parce qu’ils sont en général les plus corrompus, et que l’électoral juif de tendance progressiste joue un rôle important dans le parti. Mais cet électorat juif, parce qu’il est progressiste, soutient avec de moins en moins d’enthousiasme la politique ultra-belliciste de Netanyahu. D’autre part et surtout, les démocrates s’appuient de plus en plus sur la « diversité » si appréciée aujourd’hui, sur les « minorités » de couleur, sur les groupes de diversité sociétales, toutes ces tendances qui sont loin d’être acquises à la cause d’Israël, et même au contraire. C’est par exemple le cas des Africains-Américains, voire des Latinos, et il n’est pas assuré que la communauté-gay, par exemple, soit favorable à Israël, avec un passé à cet égard. On voit apparaître des parlementaires jeunes, très influents, qui ne soutiennent guère, ou même s’opposent à Israël (exemple de The Squad, à la Chambre des Représentants).

Enfin, la perception d’Israël est, de plus en plus, celle d’un acteur de cet épouvantable bourbier, sanglant et incompréhensible pour l’analyste US moyen, qu’est devenu le Moyen-Orient (essentiellement grâce à l’action des USA).
http://www.taghribnews.com/vdcgn79tnak93t4.,pra.html
votre nom
Votre adresse email