Date de publication1 Jun 2020 - 14:38
Code d'article : 464504

Le Soudan du Sud ne coopère pas avec les Occidentaux

Taghrib (APT)
Décidément, le Soudan du Sud n’est pas prêt à coopérer avec les Occidentaux et même le coup anti-Béchir semble ne pas l’avoir poussé à faire ce que désirent les Occidentaux, d’où la décision des Nations unies ce vendredi 29 mai de prolonger d’un an l’embargo sur les armes au Soudan du Sud. Cette mesure votée pour la première fois en juillet 2018 est étendue jusqu’au 31 mai 2021.
Le Soudan du Sud ne coopère pas avec les Occidentaux
La résolution a été votée à l’unanimité sauf trois abstentions : Russie, Chine et Afrique du Sud.

Une résolution qui vise à empêcher l’armée de protéger les frontières sud-soudanaises contre toutes tentatives d’infiltration. Le Soudan du Sud se trouve dans la ligne de mire occidentale puisqu’après la prolongation d’embargo sur les armes, L’ONG américaine The Sentry, vient de publier un rapport dans lequel elle dénonce les pratiques de quatre anciens chefs d’état-major de l’armée, de quatre officiers de hauts rangs et de trois miliciens proches de l’opposition. « Tous auraient pratiqué corruption et blanchiment d’argent à divers niveaux, accumulant une fortune considérable, sur le dos de la population », dit RFI.

« Voilà qui ne va pas arranger l’image déjà ternie des militaires sud-soudanais. À l’aide de documents et d’entretiens, The Sentry épingle une série de hauts gradés appartenant aux deux camps », écrit RFI à ce sujet.

Restreindre l’accès de l’armée à des munitions et à ceux qu’ils auraient besoin pour protéger leur peuple, ternir l’image des militaires auprès de leur peuple et faire pression sur le gouvernement de Salva Kiir, telle est la politique déployée par l’axe occidental dans ce pays qui résiste du mieux qu’il peut face aux ingérences de la force occupante.

 
votre nom
Votre adresse email