Date de publication6 Apr 2020 - 16:34
Code d'article : 457747

Le gouvernement israélien déchiré par le nouveau coronavirus

Taghrib (APT)
Les ministères israéliens des Affaires militaires et de la Santé sont en conflit quant à la gestion de la lutte contre le coronavirus.
Le gouvernement israélien déchiré par le nouveau coronavirus
La chaîne 12 de la télévision israélienne a levé un coin du voile d’un conflit en catimini entre le ministère des Affaires militaires et le ministère de la Santé qui veut chacun assumer la gestion de la lutte contre la propagation du coronavirus.

Lors d’une interview avec cette chaîne de télévision, Naftali Bennett, ministre israélien des Affaires militaires, a déclaré que le retour à la normale en Israël nécessitait que la gestion de la lutte contre le coronavirus soit confiée à son ministère. « L’armée connaît bien sa mission », a-t-il ajouté.

Naftali Bennett a déclaré que cette responsabilité aurait dû être remise à l’armée il y a un mois. « Si on veut lutter contre cette maladie et relancer l’économie d’Israël, il faut confier toute cette responsabilité à l’armée et aux services de sécurité », a souligné Naftali Bennett.

La police israélienne a eu recours aux bombes sonores, aux hélicoptères et aux drones pour empêcher les Israéliens qui ne respectaient pas les mesures sanitaires.

Par ailleurs, le bilan des rabbins ultra-orthodoxes tués par le coronavirus s’alourdit.

7 589 Israéliens sont contaminés jusqu’ici par le coronavirus. 42 personnes ont perdu la vie dont 24 rabbins ultra-orthodoxes. À noter que les rabbins ultra-orthodoxes continuent d’assister aux cérémonies juives sans faire la moindre attention à la propagation rapide de la Covid-19.

La plupart des Israéliens touchés par le coronavirus qui ont été admis à I.C.U sont des ultra-orthodoxes qui habitent à Bnei Brak, une ville située sur la côte de la Méditerranée. Les ultra-orthodoxes rejettent les consignes médicales et sanitaires. Un affrontement a eu même lieu à Qods entre la police et les ultra-orthodoxes qui refusaient de fermer leur synagogue.

Dans le même temps, les militaires de l’armée israélienne ont du mal à évacuer les personnes touchées par le coronavirus de la ville de Bnei Brak.
votre nom
Votre adresse email