Date de publication23 Mar 2020 - 19:14
Code d'article : 456129

Les USA regrettent la libération d'un ingénieur iranien

Taghrib (APT)
L'administration Trump a sévèrement critiqué, dimanche 22 mars, la France pour avoir libéré un Iranien recherché par les États-Unis, dans le cadre d'un échange de prisonniers avec l'Iran.
Les USA regrettent la libération d
Le département d'État américain a déclaré qu'il « regrettait profondément » la décision « unilatérale » de la France de libérer Jalal Rouhollah Nejad, qui a fait l'objet d'une demande d'extradition américaine pour violation des sanctions américaines contre l'Iran.

La porte-parole du département d'État américain Morgan Ortagus a déclaré, dans un communiqué, que la France n'avait pas respecté ses obligations en vertu d'un traité d'extradition conjoint et avait nui à la cause de la justice.

Jalal Rouhollah Nejad a été libéré de prison vendredi 20 mars, dans le cadre d'un échange avec le ressortissant français Roland Marchal, détenu en Iran depuis plus de huit mois, accusé d'avoir violé les lois sur la sécurité de l'État.

« Les États-Unis regrettent profondément la décision unilatérale de la France de libérer le ressortissant iranien Jalal Rouhollah Nejad de sa prison », a-t-elle déclaré. « Il y a plusieurs accusations américaines contre lui liées à l'exportation illégale d'équipements avec des applications militaires en violation des sanctions américaines ».

« Les États-Unis et la France ont un intérêt commun à traduire en justice les personnes accusées de crimes graves, en particulier dans les affaires liées à la sécurité nationale », a déclaré Ortagus.

« Il est regrettable en l'occurrence que la France n'ait pas respecté ses obligations conventionnelles et ait empêché la concrétisation de la justice », a ajouté la porte-parole.

Le Français Roland Marchal a été libéré, quelques heures seulement après la libération de Jalal Rouhollah Nejad par les autorités françaises.
votre nom
Votre adresse email