Date de publication26 Feb 2020 - 14:18
Code d'article : 452844

Des ex-militaires israéliens exigent le départ de Netanyahu

Taghrib (APT)
Netanyahu fait tout, même destructeur pour son régime, pour continuer de rester au pouvoir. Cela suscite la colère et le mépris des Israéliens.
Des ex-militaires israéliens exigent le départ de Netanyahu
La bataille entre les guerres que prône le couple Netanyahu-Bennett risque de tout foutre en l’air en Israël y compris l’armée de l’air. Au nom de l’éthique, chose qui n’existe pas en Israël, 540 militaires israéliens demandent que Netanyahu soit écarté avant qu’il ne soit trop tard.

Dimanche 23 février, 540 anciens pilotes de l’armée de l’air israélienne ont envoyé une lettre à destination du chef du régime israélien Reuven Rivlin pour lui demander de ne pas charger le Premier ministre Benjamin Netanyahu de former une coalition s’il venait à gagner les prochaines élections prévues en mars.

En vertu de la loi israélienne, le chef du régime peut décider qui sera être chargé de former une coalition. Bien qu’il existe une tradition selon laquelle le chef du régime nomme le député du Parlement avec le plus grand nombre de sièges en sa faveur, il pourrait en théorie décider que quelqu’un d’autre est plus susceptible de réussir.

« En Israël, il est impossible qu’un homme inculpé de corruption, de fraude et d’abus de confiance qui envoie également l’armée pour s’engager dans les opérations militaires et les guerres forme un gouvernement à moins qu’il ne soit dégagé de tout acte répréhensible par le tribunal », indique la lettre.


Parmi ceux qui ont signé la lettre, on trouve le maire de Tel-Aviv Ron Huldai et l’ancien commandant de l’armée de l’air israélienne Avihu Ben-Nun.

La lettre fait suite à la « Lettre des professeurs » du 11 février dans laquelle 120 professeurs et médecins ont appelé Rivlin et tous les membres de la Knesset à ne pas autoriser Netanyahu à diriger la nation à moins qu’il ne soit innocenté par des actes répréhensibles de la part du tribunal.

Dans un communiqué, le procureur général d’Israël a annoncé, il y a quelques mois, que Benjamin Netanyahu était inculpé de fraude, de corruption financière et d’abus de la confiance publique. La police israélienne a ouvert trois dossiers concernant la corruption d’État et la corruption financière impliquant le Premier ministre.

Selon le quotidien The Jerusalem Post, « une grande majorité à la Knesset s’oppose à l’octroi de l’immunité judiciaire à Benjamin Netanyahu ».
votre nom
Votre adresse email