Date de publication25 Feb 2020 - 21:41
Code d'article : 452749

L'Iran continue ses progrès malgré la pression de Trump

Taghrib (APT)
L'Iran qualifie inutiles les négotiations avec les Etats-Unis surtout sous la direction de Trump.
L
L’Iran ne cherche pas une guerre à part entière avec les États-Unis mais considère comme inutile toute négociation avec ce pays, indique un haut conseiller militaire du Leader de la Révolution islamique en soulignant que l’Iran n’abandonnera jamais ses alliés régionaux.

Le haut commandant militaire iranien a réfuté les affirmations de l'administration Trump selon lesquelles Téhéran aurait réduit son budget de défense en raison de la campagne de pression maximale de Washington contre la République islamique.

« Militairement, nous nous trouvons aujourd'hui, sans aucun doute, dans une meilleure situation qu'il y a trois ans lorsque Trump est arrivé au pouvoir, et ce, dans tous les domaines - au niveau des effectifs, de l'organisation et des équipements. Et nous serons meilleurs dans cinq ans si jamais Trump est réélu », a déclaré le général Dehqan, ancien ministre iranien de la Défense, lors d’un entretien accordé au Financial Times publié dans le numéro de ce lundi 24 février.

« Dans la région, depuis la formation du groupe terroriste Daech et la montée de l'insécurité, nous avons utilisé toutes nos capacités pour organiser, former et consulter nos alliés », a-t-il ajouté.

Au cours des dernières années, l'Iran a réalisé des percées majeures dans son secteur de la défense et a atteint l'autosuffisance en matière de production d'équipements et de matériel militaires malgré les sanctions et les pressions économiques sur le pays, a ajouté le général Dehqan précisant que la stratégie américaine coûte cher aussi bien pour eux que pour l’Iran. Mais que ce qui compte c'est de voir qui en est réel le vainqueur puisqu'aujourd'hui, l'influence de l'Iran dans la région a augmenté malgré toutes ces pressions. « Nous n'abandonnerons jamais nos alliés régionaux. Nous ne sommes pas des joueurs, nous sommes des révolutionnaires », a-t-il ajouté.

L'Iran possède la plus grande force de missiles balistiques et de croisière au Moyen-Orient et le nombre de combattants considérés comme alliés de l'Iran dans la région varie entre 150 000 et 250 000, selon le Centre d'Études stratégiques et internationales, basé aux États-Unis, a évoqué Financial Times.

Interrogé sur les allégations américaines et israéliennes selon lesquelles l'Iran aurait aidé le Hezbollah libanais et les Unités de mobilisation populaire irakiennes à installer des usines de fabrication de missiles en Syrie, au Liban et en Irak, le général a déclaré que l'Iran leur viendra en aide s'ils nous ne demandent.

Au fil du temps, les forces américaines finiront par être chassées de la région, a-t-il déclaré en insistant sur le fait que Téhéran ne lancerait pas d'attaques contre les États-Unis "à moins que l'Amérique ne le fasse [contre l'Iran]".

Le général Dehqan a conclu en réitérant que l'Iran ne voulait pas d'une « guerre à part entière » avec les États-Unis, mais a noté que les négociations seraient inutiles. "Les États-Unis pensent que nous sommes en position de faiblesse et que nous devons négocier", a-t-il affirmé. "Les États-Unis veulent négocier avec nous pour nous demander pourquoi nous possédons missiles, pourquoi sommes-nous présents dans la région et pourquoi avons-nous des capacités militaires ? "De quel genre de négociations s'agit-il ? "
votre nom
Votre adresse email